Cuisine de maman
Cuisine de maman

[sam id= »113″ codes= »true »]

« Vivre avec un fantôme »

20/11/2015 Bonjour à toutes et à tous,

Cuisine de maman
Cuisine de maman

En fait, il vit à la maison, mais il ne vit pas à la maison.

Parce qu’il rentre se coucher quand vous rentrez des courses.

Ou alors il sort, quand vous, vous allez vous coucher.

D’autres indices permettent de suspecter sa présence.

Ce sont, par exemple, des piles de linge sale qui s’accumulent dans sa chambre.

Ou les paquets de pâtes qui disparaissent subitement des placards.

C’est ce que j’appelle vivre avec un fantôme.

Certains actes vous permettent cependant de le débusquer.

Surtout quand vous estimez que cela a assez duré.

Armez-vous d’un bon aspirateur et faîtes-le vrombir dès 9:00 du matin, vous le verrez détaler…

Bien moins connue, son aversion pour la lumière et le grand jour est pourtant similaire à celle des vampires.

Ouvrez donc de bon matin sa fenêtre et ses volets, car ne dit-on pas d’ailleurs, de bonne heure, de bonne humeur ?

Le décalage horaire qui vous sépare ne permet pas de communiquer « normalement » ?

Efficace, la liste de services rendus à la communauté l’attend à tout moment de la journée ou de la nuit, écrite noir sur blanc et posée sur la table de la cuisine.

Vous allez constater que forcément il passera par la case cuisine.

Et forcément il posera les yeux sur ladite liste.

Et forcément s’exécutera.

Ah, parce que rentrer de soirée en début de matinée et ne pouvoir introduire sa clef dans la serrure, ça parle immédiatement à son cerveau, quelque soit son état de fraîcheur…

A la seconde tentative, il aura acquis le réflexe pour toutes les sorties à venir de sa vie 🙂

La voilà votre arme redoutable : ANTICIPER !

Boucher toutes les issues, le chasser dans les moindres recoins, ne lui laisser aucun répit…

Porte verrouillée, frigo vide, placard vide, casserole vide…

Et bien sûr mettre votre téléphone en mode avion la nuit.

Ah oui, parce qu’au début, vous aussi vous vous êtes faite avoir.

Le Tu dors ? version sms à 3:00 du mat parce qu’il a oublié ses clefs, c’est un classique.

Ben là, c’est fini, vous dormirez sur vos deux oreilles du bon sommeil du juste de la juste.

Je vous garantis qu’au bout de quelques temps de ce traitement de faveur, les choses vont doucement mais durablement changer…

Et le fantôme de lui-même va se résoudre à un peu plus d’opacité.

Il va quitter sa dépouille de fantôme petit à petit, si ce n’est que pour partager un vrai repas avec vous.

Les coquillettes à l’eau midi et soir, ça calme au bout de 3 jours quand on a 20 ans…

Surtout si vous avez commencé à préparer une bonne petite sauce tomate et légumes à la viande qui mijote doucement sur la cuisinière depuis une vingtaine de minutes 🙂

Aucun estomac n’y résiste après quelques nuits blanches arrosées de boisson décapante et de pizza micro-ondée…

Mieux, entrouvrez légèrement la porte de sa chambre dès votre réveil, et laissez monter les effluves de la cuisine, incognito.

Même si son cerveau ne capte plus rien, l’estomac lui, est placé en pilotage automatique !

« Heu… bon alors… on mange dans combien de temps ? Parce que j’ai presque tout fait ce qu’il y avait sur la liste… et là je commence à avoir un petit creux, je continuerai après avoir repris des forces… »

Ah, la cuisine de maman, un basique pour se débarrasser des fantômes qui a fait ses preuves 🙂

Bien à vous,

Isabelle

PS : Promis je vous donne la recette en photo dans la prochaine Petite chronique 🙂

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.