Apprendre à aimer Valence - Crédit photo izart.fr
Apprendre à aimer Valence - Crédit photo izart.fr

« Apprendre à aimer Valence »

01/03/2014 Bonjour à toutes et à tous, (Mis à jour le 09/08/2016)

Apprendre à aimer Valence - Crédit photo izart.fr
Apprendre à aimer Valence – Crédit photo izart.fr

Apprendre à aimer Valence, quand il faut avouer que ce n’est pas vraiment une sortie des plus agréables.

Nous partons alors, à deux ou trois, voire plus, selon les disponibilités de chacun.

Autoroute à l’aller, autoroute au retour, 2:30 de route et 15 € de péage, rien de folichon dans cet itinéraire que nous connaissons par coeur, ponctué de limitations de vitesse 110-130 km/h tout le long du parcours…

Traversée de Feyzin, ça pue l’industrie chimique, et puis on suit le Rhône, coup d’œil sur les vignobles de la Côte Rôtie.

Et le panneau indicateur du Palais du Facteur Cheval à Hauterives, puis celui du Château de Roussillon, mais, de l’autoroute, on ne voit que le panneau.

Nuit courte ou voyage barbant, quand les passagers ne dorment pas en route, la meilleure des compagnies reste la radio.

Et là, incroyable, c’est à moi qu’on intime un chuuuuut lorsque j’ose placer un commentaire ou reprendre une réflexion !

Voilà que France Info, avec ses reportages courts et fouillés dans tous les domaines de l’actu, high tech, économie, environnement, santé, mais aussi spectacles, jeunesse, éducation, capte l’attention de tous.

Cathédrale saint Apollinaire
Cathédrale saint Apollinaire

Cette info en continu, ponctuée de flash d’actualité, fait l’unanimité auprès de mes passagers habitués à surfer sur tous supports.

Valence, que longent l’autoroute et le Rhône, arrive en fin de trajet.

Alors, dès que le temps nous le permet, ici le climat est déjà plus tempéré, nous partons en goguette dans les rues de la ville, à la découverte de jolis endroits.

Rien de tel pour agrémenter l’horizon d’une vieille dame dont le quotidien se situe entre le lit et l’assiette.

Cette fois-ci, c’est un petit tour dans la ville ancienne qui a porté nos pas jusqu’à la Cathédrale Saint Apollinaire, plus ancien monument de la ville de Valence.

Malheureusement, l’édifice n’étant pas accessible aux handicapés, la visite n’en est que plus courte…

Un deuxième inconvénient du même ordre a failli venir à bout de notre bonne volonté sur les rues pavées aux trottoirs envahis de tables et de chaises de bistros 🙁

Mais en surmontant tous ces obstacles, nous sommes enfin arrivés devant la Maison des Têtes, incroyable bâtiment d’art gothique flamboyant.

Et puis, les jolies primevères qui attendaient le printemps sur les tables de jardin sagement alignées d’un Restau nature-Salon de thé, nous ont invités à une pause gourmande.

Le lièvre et l’escargot, Produits frais locaux et de saison, Slow Food, au 6, Grande Rue, a été d’un heureux réconfort après l’effort !

Au choix
Au choix

Crêpes au menu pour les uns, accompagnées d’un choix de confitures maison ou de vrai chocolat fondu.

Suivies d’un jus de fruits frais pressé sur place, et thé Damman pour les autres, notre intuition avait été la bonne 🙂

Sans compter sur l’accueil du propriétaire des lieux qui nous a reçus avec beaucoup d’attention et de gentillesse, prenant le temps de nous indiquer les autres visites à faire en ville.

La prochaine fois, donc, c’est le Musée d’Art et Archéologie qui nous attend !

Bien à vous,

Isabelle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.