Après Jaisalmer la jaune voilà Jodhpur la bleue - crédit photo izart.fr
Après Jaisalmer la jaune voilà Jodhpur la bleue - crédit photo izart.fr
Vous avez aimé :
[Total : 3    Moyenne : 5/5]

« Après Jaisalmer la jaune voilà Jodhpur la bleue »

26/02/2019 Bonjour à toutes et à tous,

Après Jaisalmer la jaune voilà Jodhpur la bleue qui se profile !

En Inde, la tradition nomme ainsi Jaisalmer la jaune, Jodhpur la bleue, Udaipur la blanche et Jaipur la rose.

Jaisalmer la jaune, car la pierre dorée des grès jaunes et roses entre dans toutes les constructions de la citadelle du désert.

Cependant peu à voir avec celles des Pierres dorées de la région lyonnaise parce qu’elles sont de calcaire.

Pour l’anecdote, le grès de Fontainebleau, en France, était déjà utilisé pour le pavage des rues de Paris par les romains !

Et pour les travaux de voirie, à Lyon, on utilisait jadis le grès de la carrière de Courzieu.

Certes, à 7:30, il n’y a pas grand monde sur la place du fort alors que nous attendons le rickshaw pour nous rendre à la gare routière.

Quelques vaches, quelques chiens tout au plus, et de rares emplacements qui commencent à se nettoyer avant le marché matinal.

La veille, Shiva nous a fait la surprise de préparer un succulent repas partagé ensemble sur la terrasse.

Et nous a offert une longue écharpe de soie écrue barrée de rouge en cadeau d’adieu.

De mon village d’Occitanie je lui ai montré les ours et les falaises.

Tout en lui laissant quelques cartes postales de mes châteaux cathares locaux.

Que peuvent donc bien imaginer de notre vie, les gens du désert ?

Le bus de Jodhur se remplit petit à petit et nous partons enfin.

Des étudiants en outre, manuels scolaires sous le bras montent et descendent par grappes le long du trajet.

Côté rue, des ouvriers avec leur gamelle à étages empilés m’adressent des signes charmeurs.

Un peu plus loin, une fillette qui attend son bus sur le bord de la chaussée agite sa main dans ma direction.

A grands coups de klaxons, le chauffeur essaie de disperser des moutons qui déambulent des deux côtés de la route.

Un vieux berger ferme la marche et semble visiblement peu perturbé par la gêne occasionnée.

Mais déjà les Street Food se resserrent le long de la route, tandis de petits groupes d’habitations se dessinent.

La ville aux 1 400 000 habitant·e·s est toute proche !

Bien à vous,

Isabelle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.