Attention ça va salir - Crédit photo izart.fr
Attention ça va salir - Crédit photo izart.fr

“Attention ça va salir”

02/08/2021 Bonjour à toutes et à tous,

Heureusement que je les avais prévenu·e·s, attention ça va salir !

Ça n’a pas loupé, 5 minutes après le démarrage du workshop, tout le monde avait déjà les mains noires…

Effectivement, le caoutchouc ça laisse des traces.

Et même que le talc à l’intérieur de la chambre à air ça provoque des allergies, n’est-ce pas L. ?

Mais il fallait bien commencer par le commencement, c’est-à-dire couper des anneaux dans les tubes upcyclés.

Pour ensuite les assembler en chaîne, et oui c’est cela, une fois que le mécanisme est acquis ça va tout seul, ou presque.

Ben non, tout le monde n’a pas l’entraînement pour ce genre de bricolage un peu physique.

Exercer la force de ses doigts-poignets-bras à tester la résistance des anneaux avant de les assembler, c’est pas banal !

C’est vrai qu’on aurait même pu consacrer la matinée à confectionner des élastiques de stretching ou autres articles de sport

Les participant.e.s débordaient d’imagination, et si d’emblée on a bien rigolé, on a aussi travaillé très sérieusement.

Parce que premièrement, il fallait couper les anneaux à la bonne largeur.

Deuxièmement, les assembler régulièrement et y insérer les coquilles de coco harmonieusement intercalées avec les graines sèches… vous saisissez ?

L’air de rien, vu comme ça, tout semblait tellement simple.

Mais quand il faut commencer à prendre en compte les intervalles, les espaces, les volumes et les dimensions à intégrer, ça se corse.

Ensuite, équipée de bouteille en plastique artisanalement coupée en deux, la team est partie en quête de terre, pour remplir les noix de coco.

Non mais quand même, j’allais pas aussi fournir les sacs de terreau, on a dit upcycling, non ?

Déjà que j’avais passé le samedi après-midi à préparer tout l’espace de travail, nettoyer la table placé les chaises, regroupé les ciseaux.

Puis réparti dans 3 barils les principaux ingrédients, à savoir les noix de coco, les chambres à air et les graines.

Ensuite, garnir de fleurs fraîches, sur la table d’entrée, les différents vases et coupes, done !

Et puis, une fois rentrée à la maison, me rendre compte que j’avais oublié mon sécateur et mes lunettes… au studio.

Reprendre mon e-cycle, rassembler le tout et rentrer à la nuit, en ayant pris le temps de faire une pause pour engloutir, vite fait, un plain dosa.

Enfin, pour fêter ce Workshop #1, j’avais aussi prévu un gâteau et des boissons à offrir aux participant·e·s.

C’est pour ça qu’à 20:00, j’ai sorti les casseroles et préparé mon pain d’épices !

Franchement, les ami·e·s le méritaient bien, tout le monde s’est vraiment appliqué et le résultat a été magnifique.

Rien ne les a rebuté·e·s, ni de se noircir les mains avec le caoutchouc, ni de les plonger ensuite dans la terre mouillée pour enfoncer les boutures de plantes.

Le gâteau avalé, il leur a fallu repartir, et pour certain·e·s, c’était encore une autre paire de manches.

Parce que à quatre sur deux scooters, plus caser le carton renfermant les précieuses suspensions requiert une certaine expérience…

Mais ici plus qu’ailleurs, on est habitué à faire du système D de tout crin, la grande aventure, quoi !

Quand j’en aie eu fini avec les unes et les autres, il ne me restait plus qu’à recouvrir les étagères, mettre un coup de balai, ranger les outils et… souffler.

La matinée était très vite passée, et l’envie de rentrer pour me poser un peu commençait à se faire sentir.

Me souvenant qu’un bon dal cuisiné avant de partir m’attendait, ça a motivé mes mollets déjà bien sollicités.

Ah oui, parce que je ne vous ai pas raconté.

Vendredi soir, j’ai déposé en cata mon e-vélo au garage, juste avant la fermeture !

C’est ça oui, mon pneu avant crevé, encore une fois…

Et bien sûr, un seul vélo de remplacement disponible, un de ceux que je hais, sans accélérateur ni porte-bagages et encore moins d’éclairage.

Oui, avec une barre au milieu, pour les hommes, on se demande encore pourquoi.

Et une selle tellement peu adaptée à l’anatomie féminine qu’au bout de 5 mn de pédalage vous avez les chairs en sang…

Bref, dimanche soir, je suis encore retournée chanter, après ma pause de l’après-midi, mais là, c’était détente.

Alors bravo et merci encore à cette sympathique Workshop #1 Team, le test a été tellement concluant… que je remets ça le mois prochain !

Bien à vous,

Isabelle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.