« A quoi bon courir »

01/10/2014 Bonjour à toutes et à tous,

Azergues
Azergues

Courir après le temps lorsqu’il ne s’agit plus que de quelques minutes, courir après la vie lorsqu’il ne s’agit plus que de quelques souffles, courir, courir, courir… à quoi bon courir ?

Aimer jusqu’à la lie, trinquer jusqu’au dernier soupir, échapper au dernier jour, arrêter de compter à rebours, reculer devant le pire.

La saveur des amies a un goût de jours de fête.

Emportée par le gros temps que rien n’arrête, comme une rivière qui sort de son lit, elle a glissé, glissé, glissé jusqu’à se perdre dans la terre.

Sur un chemin de croix, de points en mailles, elle a monté la route vers des sommets inaccessibles.

La saveur des amies a un goût de jours de fête, moelleuse à cœur et à cri, elle se partage à corps perdu sans modération.

Et du haut des montagnes, on l’entend rire et rire encore, par temps de grand soleil sur les feuilles rougissantes de l’automne.

Amies, buvons aux vendanges tardives de Maryse, et peu importe qui, de dieu ou diable, nous emportera la raison.

Bien à vous,

Isabelle

2 Commentaires

  1. oui c est tellement vrai ..merci pour ton beau message que je n ai pas pu lire mais qu on réserve avec ta permission pour la dispersion des cendres.tu étais avec nous .merci encore bizzzz

Votre réaction

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.