Ce matin je me suis bien réveillée - Crédit photo izart.fr
Ce matin je me suis bien réveillée - Crédit photo izart.fr

« Ce matin je me suis bien réveillée »

05/08/2021 Bonjour à toutes et à tous,

Finalement, ce matin je me suis bien réveillée !

C’est la réflexion que je suis faite en milieu de matinée, après m’être souvenue d’avoir ingurgité des baies roses, la veille…

Faut dire que la tentation était trop grande lorsque j’ai cru reconnaître, sur un petit buisson, les mêmes fruits dont les indiennes se régalaient la veille.

J’étais à vélo dans un chemin lorsque je les ai croisées toutes trois, cueillant à pleines mains ces jolis fruits semblables à des groseilles.

Après m’être arrêtée ; devine, elles m’en ont fait goûter, me précisant bien de ne pas manger le noyau, toxique, et que c’était plein de vitamine C.

Alors déjà que je fais des cures de longane au boulot, une variété aux fruits certes menus mais indigènes, me voilà donc de plus en plus connaisseuse !

Mon arbuste serait donc Murraya paniculata, de son nom botanique.

Sous réserve d’approbation de la communauté pl@ntNet à laquelle j’ai soumis mon observation, comme d’hab !

Bon, en tous cas, en cas de pénurie alimentaire, va falloir jouer les cueilleuses ramasseuses du lever au coucher du soleil.

Parce que pour se remplir le ventre avec ces minuscules baies, faudra en ingurgiter par centaines !

Mais bon, en attendant, j’apprends à reconnaître les comestibles à défaut de savoir bientôt les nommer.

Et c’est sûr qu’on ne se battra pas dans la forêt tropicale pour les manger parce qu’à part moi et quelques autochtones, personne d’autre n’y goûte…

La forêt, de préfèrence dans les chemins éloignés du regard, regarde d’une autre denrée facilement identifiable par contre.

Les bouteilles vides de rhum, whisky, bourbon et autres tord-boyaux témoignent de la présence récente d’homo sapiens fortement alcoolisés.

Les barquettes d’alu et de petites boîtes cartonnées laissent deviner qu’ils se ont aussi repus et ont également grillé des cigarettes.

Indicateur très révélateur de la dose d‘alcool ingurgitée, le lieu est jonché de petits sachets métallisés caractéristiques.

Ceux-ci renferment le précieux bonbon à la menthe qui va parfumer l’haleine, à défaut de la rendre fraîche…

Comment je sais tout ça ?

Tous les lundis matin, avant d’aller bosser, je collecte sur le petit chemin qui donne accès au studio

Bien à vous,

Isabelle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.