Confinement entre piperade et chachouka - Crédit photo izart.fr
Confinement entre piperade et chachouka - Crédit photo izart.fr

« Confinement entre piperade et chachouka »

Vous avez aimé :
[Total : 2   Moyenne : 5/5]

31/03/2020 Bonjour à toutes et à tous,

Ce matin, quand André est passé tailler la bavette, il m’a entre autre détaillé ce qui mijotait pour son déjeuner.

Des poivrons émincés fin avec des tomates et des oignons cuisaient doucement, pour préparer une spécialité française.

Devinez ce qui mijotait dans ma casserole au même moment ?

Des poivrons émincés fin avec des tomates et des oignons pour préparer une spécialité française !

Alors je lui ai raconté qu’en fin de la cuisson je cassais aussi deux oeufs sur le mélange.

Et là il m’a dit je connais c’est une spécialité que je mangeais en Tunisie !

Voilà comment se passe, ici à Auroville, le confinement entre piperade et chachouka !

Après, nous avons évoqué la Mère, comme à notre habitude.

Quand il raconte sa rencontre avec elle, son expression est toujours aussi inspirée.

Il avait donc 26 ans en 1968, quand il arrive à Auroville avec les pionnier·e·s.

Leur premier travail est de creuser le trou pour bâtir le Matrimandir.

Au début, tous ces étranger·e·s arrivé·e·s de partout dans le monde commencent seul·e·s.

Puis après les Tamoul·e·s se joignent à eux pour les aider.

Lui vient de Marseille, qu’il habite depuis une dizaine d’années après avoir quitté la Tunisie.

Puis poursuivant la conversation sur Marseille, il me dit qu’en 1956 le froid fût si terrible que le Vieux Port gela !

1956, dans sa mémoire, c’est aussi lié à une date extraordinaire.

Il me raconte que le 29 Février de cette année, la Mère a eu une vision d’or, the Golden Day, celle de la nouvelle Conscience Supramentale.

L’envers de la bague en or qu’il porte, frappée du symbole d’Auroville, est gravé de cette date.

Le lendemain, André m’apportait, comme promis, le livre sur lequel est écrit le Mantra de la Mère.

« OM NAMO BHAGAVATÉ »

Je lui en demandais alors la traduction, la phrase étant en sanskrit.

OM L’invocation divine
NAMO Tout ce que j’ai, je te le donne
BHAGAVATÉ Fais en ce que tu veux

La Mère a donné et écrit de sa propre main l’explication du mantra en français.

Le premier mot représente :
l’invocation suprême
l’invocation du Suprême.
Le deuxième mot représente :
le don total de soi ;
la soumission parfaite.
Le troisième mot représente :
l’aspiration,
ce que l’aspiration doit devenir – Divine.

Bien à vous,

Isabelle

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.