Dans le port de Pondi - Crédit photo izart.fr
Dans le port de Pondi - Crédit photo izart.fr

« Dans le port de Pondy »

12/09/2016 Bonjour à toutes et à tous, (Mis à jour le 28/11/2016)

Dans le port de Pondy - Crédit photo izart.fr
Dans le port de Pondy – Crédit photo izart.fr

Dans le port de Pondy, y’a des endroits où je n’aurais jamais mis les pieds toute seule.

Le genre de lieu où même les jeunes gens qui m’accompagnaient avouent avoir parfois un doute, au sujet par exemple, de la main qui s’égare sur leurs fesses

Approche appuyée entre hommes ou réelle menace pour le porte-feuille, allez savoir ???

A ce propos, je leur faisais remarquer – quand même – que pour nous femmes, on n’a jamais de doute quant à ce genre d’intention.

Vu qu’on ne range jamais notre porte-feuille à cet endroit 🙁

Mais bon, dans ce pays, aucune relation amoureuse n’est envisageable avant le mariage ou même l’élu-e est choisi-e par les parents.

J’ose même pas imaginer le sort des homos, trans, bi, puisqu’officiellement leur existence n’est pas du domaine du possible…

Donc, dans ce lieu de perdition que seul-e-s fréquentent les initié-e-s, on se lâche !

Et on épate la galerie, cigarette mal assurée au bout du bec ou des doigts, bière ou mojito à la main.

Ah oui, c’est très mal vu de fumer en Inde, donc on le fait en cachette, comme des gamins !

Mais jusqu’à 23:00, heure officielle de la fermeture des établissements de nuit à Pondy, faut pas abuser quand même…

Faut donc faire vite pour séduire les rares filles dévergondées (oh mon dieu, quelle débauche !) qui s’affranchissent des normes et des traditions.

Enfin séduire, c’est un grand mot, lorsque cela se limite à à les serrer de près pour leur chuchoter à l’oreille… ou à leur mettre la main au fesses justement !

Ah oui, la recette est universellement transmise de générations en générations par des mecs en mal d’imagination et/ou d’arguments 🙂

Mention spéciale pour le DJ de la soirée qui donne une note caraïbo-salsa-ragga-rap-zouc décalée quand même.

La bonne blague c’est de réentendre sous la nuit étoilée de Pondi, un titre de Magic System qui me replonge dix ans plus tôt, dans les endroits branchés afro de Lyon !

Mais bon, décalé pour décalé, le ton était donné, et c’est autour d’un hamburger et de frites fraîches et coupées main, s’il vous plaît, que nous nous sommes régalé-e-s.

Et puis la chaleur est montée, heureusement que nous étions en terrasse à l’étage, car ce soir-là, le public était décidé à danser tout.

Tout et jusqu’au bout de la nuit^^

Moi, j’ai cru jusqu’aux cinq dernières minutes que le DJ allait passer du Brel

Bien à vous,

Isabelle

6 Commentaires

  1. Voilà c’est l’avantage quand on est invitée par des jeunes… on voit un autre côté de l’Inde, et tu nous en fais profiter ! Sûr que ce n’est pas avec mes groupes dans des voyages « spirituels » que je vais aller danser dans des clubs aussi mal-famés ! 🙂
    Donc sympa d’avoir tes impressions et des pressions… pas très bien placées !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.