Défragmentation en cours - Crédit photo izart.fr
Défragmentation en cours - Crédit photo izart.fr

“Défragmentation en cours”

05/08/2020 Bonjour à toutes et à tous,

J’ai rêvé cette nuit-là que j’avais oublié mes chaussures bleues à la piscine !

Mais en ai-je réellement des chaussures bleues ? me suis-je demandée au réveil…

J’ai essayé de me souvenir à quoi elles pouvaient bien ressembler.

Ah oui… j’en ai, des petites bottines !

Enfin j’en avais.

Mais est-ce que j’avais aux pieds mes ballerines beiges, en Septembre 2019, lorsque j’ai fait, sans le savoir, mon dernier trajet depuis l’Occitanie ?

Mais quelles autres chaussures avais-je donc dans mes placards là-bas ?

Lorsque J. me parla alors de bottes, j’étais incapable de dire si elles m’appartenaient ou pas.

Même devant la photo postée sur Messenger je ne savais pas, je ne savais plus…

Ainsi, j’avais tout donné, tout laissé, sans même me souvenir de ce que j’avais ou pas.

Zéro souvenir, défragmentation en cours.

Je me souviens aussi de ce flacon de gel douche bleu que j’avais aperçu dans la salle de bain.

Ou pas ?

Étais-je ici ? Étais-je là-bas ?

Mais non, je ne pouvais pas être là-bas, voyons, 11 mois s’etaient écoulés depuis que j’avais fermé la porte de mon logement.

Alors, comment ai-je pu le voir et m’étonner de sa présence ?

Et même penser que le dernier ouvrier venu pour des travaux l’avait sans doute oublié ?

C’était comme si je passais soudain d’un côté ou de l’autre de la trame, exactement comme le décrivait Mère

Ce qui est, ce qui n’est pas.

Ce qui est avant, ce qui est après.

Ce qui est ici et ce qui est là.

C’est… vertigineux.

Alors que je suis à présent le process d’intégration à Auroville, je me rends compte effectivement que j’ai de l’avance… sur mes prévisions !

Ben oui, à mon arrivée en Octobre 2019, je m’étais dit, let’s go and see 😊

Et puis, l’évidence s’était imposée, ma place est là.

J’avais donc planifié qu’après mon retour en France, en Avril, j’aurais tout le temps en Septembre, revenue en Inde, de démarrer l’intégration.

Oui, c’est ça, je me disais j’ai tout mon temps… faut croire que non !

Ben des fois, c’est pas toi qui choisis, voilà, le COVID-19 m’a clouée ici !

Déjà, j’ai pas pu rentrer, et ensuite tout s’est enchaîné.

Les autorités me fichent la paix avec les extensions de séjour maintenant, je sais que tout est enregistré, je suis donc tranquille de ce côté-là.

Ne me demandez pas pourquoi, je n’en sais rien, c’est comme ça !

Ensuite, j’ai frappé aux bonnes portes au bon moment apparemment, puisque je suis enregistrée pour les prochaines sessions d’intégration.

Et pour le reste, j’avais intuitivement anticipé d’un autre côté, car ma demande de visa officielle est en cours.

A suivre !

Bien à vous,

Isabelle


Vous avez aimé :
[Total : 4   Moyenne : 5/5]


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.