En remontant la côte catalane - Crédit photo izart.fr
En remontant la côte catalane - Crédit photo izart.fr

« En remontant la côte catalane »

25/02/2018 Bonjour à toutes et à tous,

En remontant la côte catalane - Crédit photo izart.fr
En remontant la côte catalane – Crédit photo izart.fr

La salle s’est vite remplie.

Très vite !

Heureusement que, comme des français, nous nous sommes pointés vers midi, heure à laquelle seul le personnel était attablé au Calid cafe.

A défaut de pouvoir déjeuner, nous avons été invités à réserver pour… 13:00, début de service.

Ben oui, en Espagne c’est comme ça, on déjeune jusqu’à 16:00, donc on se plie aux habitudes du pays si on veut manger bon et local 🙂

Ou alors on se rue dans le premier fast-food qui déverse sa bouffe grasse et insipide à toute heure dans n’importe quel pays du monde, et là, ouf… pas de dépaysement !

Une fois de plus, merci à la communauté de TripAdvisor pour sa contribution, excellente et copieuse dégustation de spécialités locales dans ce restaurant, le détail du menu en MP si ça vous tente 😉

Mais avant la poursuite de notre escapade ibérique, il a fallu une fois de plus sacrifier à la tradition.

Que diriez-vous d’un petit roupillon ensoleillé sur une digue de la Platja Canyelles/Cap de Ras complètement déserte, juste bercés par le roulis des vagues ?

En remontant la côte catalane en cette période de l’année, on peut rouler tranquillement tout en admirant le paysage sans risque de créer un embouteillage !

C’est à Port-Bou que le pompiste m’a expliqué l’origine de cet intrigant bâtiment faisant face à sa station service.

Jadis construit pour loger tout le personnel du rail, contrôleurs, cheminots, mécaniciens, il est maintenant proposé à la vente, découpé en multiples appartements.

30000€… avec plusieurs chambres, nous a vanté l’homme.

Reste que nous nous engagions à travers un paysage quasi lunaire à l’approche de Cerbère, les vignobles de Banuyls grignotant quasiment tout espace digne de ce nom.

Et cela n’était pas sans me rappeler d’autres vignobles, copieusement arrosé de produits phyto-sanitaires, la terre pelée à vif, sans plus aucune trace de vie… cancers, non merci 🙁

Mais côté mer, la découverte de la Réserve Naturelle de Cerbère-Banyuls était bien plus attrayante, juste avant de traverser Port-Vendres puis Collioure en début de soirée, et de nous enfoncer à l’intérieur des terres.

Bien à vous,

Isabelle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.