Et si on arrêtait les conneries - Crédit photo izart.fr
Et si on arrêtait les conneries - Crédit photo izart.fr

« Et si on arrêtait les conneries ? »

12/08/2016 Bonjour à toutes et à tous,

Et si on arrêtait les conneries - Crédit photo izart.fr
Et si on arrêtait les conneries – Crédit photo izart.fr

Et si on arrêtait les conneries ?

Comme je le disais dans la précédente Petite chronique, apparemment certains pesticides, fongicides et autres insecticides arrivent au terme de leur efficacité.

Et ce, malgré l’augmentation des doses et des fréquences de traitements : ils sont de moins en moins performants.

Mais, mais… il y a un an, une société britannique proposait de lâcher des mouches modifiées génétiquement, oui OGM, pour endiguer l’épidémie de la mouche sur l’olivier.

Après avoir introduit des moustiques modifiés de la même manière au Brésil.

Pour lutter contre la propagation du virus Zika.

Mais la corrélation entre le développement du virus Zika, le nombre alarmant de bébés présentant des microcéphalies congénitales et l’utilisation massive de pesticides, est loin d’être réglée…

Certains chercheurs s’interrogent sur les effets de ce pesticide, produit par Monsanto, et les malformations en nombre que présentent ces nouveaux-nés.

Surtout quand on sait que ce pesticide a été ajouté à l’eau potable pour détruire les larves dudit moustique…

Il y a de quoi s’interroger, en effet, d’une part sur la véracité de certaines affirmations émises par les laboratoires, et d’autre part sur les intérêts des firmes qui commercialisent ces produits.

Mais s’agissant de la mouche de l’olivier, à quoi serait donc due la recrudescence de ce fléau ?

Certains observateurs lancent une alerte quant au fait que les agriculteurs ont entrepris de désherber autour des arbres avec des herbicides à base de glyphosate (molécule active du roundup), laissant une terre à nue, détruisant les niches alimentaires et écologiques de la faune, fragilisant alors les équilibres toujours précaires et complexes.

Ainsi donc, la mouche de l’olivier n’ayant plus de prédateurs, la voie est libre !

L’abandon de pratiques anciennes de culture facilite la survie des mouches l’hiver, car une partie des larves de la mouche – qui ne tolèrent pas des températures trop basses – passe l’hiver dans le sol. Ainsi les agriculteurs, en préférant les herbicides à la pratique plus classique du griffon, facilitent aussi le développement de la mouche.

Donc, on n’attend plus qu’une prise de conscience des principaux intéressés, qui, à force de vouloir tirer le meilleur de la terre et cela sans limite, vont récolter le pire.

A partir du 08 Août, et pour le restant de l’année 2016, nous vivrons à crédit sur les ressources que la terre nous offre.

L’année dernière, la date du point de bascule était le 13 Août.

Et en 2000, il avait fallu attendre le 1er Octobre.

Quid de la date fatidique, si nous ne trouvons pas immédiatement des solutions drastiques pour endiguer le déclin ?

Et moi, que fais-je aujourd’hui, pour amorcer ma transition énergétique ?
Et toi, que fais-tu aujourd’hui, pour amorcer ta transition énergétique ?
Et nous, que faisons-nous aujourd’hui, pour amorcer notre transition énergétique ?
Et vous, que faîtes-vous aujourd’hui, pour amorcer votre transition énergétique ?

Bien à vous,

Isabelle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.