Faire-part de grossesse sur FB - Crédit photo izart.fr
Faire-part de grossesse sur FB - Crédit photo izart.fr

« Faire-part de grossesse sur FB »

25/08/2021 Bonjour à toutes et à tous,

Enceinte de quelques semaines à peine, la future maman et le futur papa s’empressèrent de poster un faire-part de grossesse sur FB.

Et bien sûr toutes leurs relations adressèrent au jeune couple des messages de félicitations.

Mais par malchance, la grossesse s’interrompit et le futur bébé ne vit jamais le jour.

Ce que les parents partagèrent également sur le réseau social.

Un autre couple de jeunes gens voulait, quant à lui, attendre le troisième mois de grossesse avant de communiquer à son entourage l’heureux événement.

Mais lorsque quelques mois plus tard ils perdirent ce bébé tant attendu, personne n’en sut rien.

Et ils vécurent très mal ce douloureux et silencieux drame.

Ce n’est que des mois après que le futur papa put enfin s’en ouvrir à des proches.

Et partager à la fois, à propos de cette grossesse tant désirée, et de la fausse-couche qui s’ensuivit.

Personne n’avait été là pour les accompagner dans la douleur le moment venu, ni partager leur bonheur premier.

Parfois, nos enfants ne nous sont donnés que pour un très court moment, uniquement pour nous apprendre ce que nous sommes capables de traverser, disait une thérapeute.

Alors, faut-il remettre en question le mythe des trois mois de grossesse que l’on préconisait d’attendre, jadis, par précaution, avant d’annoncer l’heureux événement ?

Peut-être est-ce à ranger avec le lot de tabous entourant la grossesse au mettre titre que le non-désir de grossesse ?

Ainsi que le déferlement de commentaires, critiques, conseils en tous genres, quand ils ne font pas en plus commerce du corps des femmes, tout simplement ?

Mon corps m’appartient, serais-je encore tentée ici d’écrire, alors que de partout et de façon délibérée on tente de nous en déposséder.

Heureusement d’ailleurs que les pères s’en mêlent de plus en plus car ils ont été aussi longtemps les oubliés de la grossesse.

Et bien sûr qu’ils vivent également le chagrin, la tristesse et le manque de l’enfant quand survient une fausse-couche.

Tout comme leur bonheur s’exprime ouvertement quand ils annoncent la venue du futur bébé, que ce soit dès le début de grossesse… ou peu après.

Bien à vous,

Isabelle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.