Humour sans frontière - Crédit photo izart.fr
Humour sans frontière - Crédit photo izart.fr

« Humour sans frontière »

19/09/2017 Bonjour à toutes et à tous,

Humour sans frontière - Crédit photo izart.fr
Humour sans frontière – Crédit photo izart.fr

Je vous ai promis une suite à l’humour sans frontière, la voilà, en ce grand jour anniversaire du jumelage fêté en Italie.

Donc, nos ami-e-s allemand-e-s ont voulu une fois de plus marquer l’événement par un support visuel choc, comme ils savent si bien le faire 😉

Celles et ceux qui ont vu naître  l’alliance entre nos trois pays, Allemagne, Italie et France se souviennent encore des trois symboles enlacés, à la mode allemande, si je puis dire.

Il était ainsi proposé au prix de 2€ une broche circulaire qui se clipsait sur votre chemise ou veste au moyen d’une épingle fixée à son dos.

Usage élémentaire, s’il en est, mais je ne pus m’empêcher de faire remarquer à notre ami G. que c’était dommage d’injecter encore plus de plastique dans les circuits déjà saturés de notre chère planète 🙁

Surtout venant de la part des allemand-e-s, toujours épatant-e-s avec leurs trésors d’ingéniosité à fabriquer des objets issus d’éléments naturels, bois, paille, pierre, tissu, terre…

Mais le plus surprenant ne fut pas le choix de la matière mais du graphisme qui ornait cette médaille commémorative.

Encore un symbole fort.

Très.

Les deux silhouettes dessinées par Johanna Obermüller, une artiste bavaroise, qui s’étreignaient pour fêter vingt ans d’amitié germano-italienne, étaient colorées et joviales.

Très.

Mais lorsqu’au cours du repas, notre ami G. présenta le travail de l’artiste, et après la traduction italienne, je vis le visage de mes voisin-e-s de table devenir de plus en plus interrogateur.

Surtout du côté des jeunes à qui il semblait tellement évident que c’étaient bien… deux hommes qui s’étreignaient en un face à face très rapproché, le nez à seulement quelques centimètres l’un de l’autre !

Ah ben oui, parce qu’ils auraient aussi pu tout aussi bien s’étreindre bras dessus, bras dessous…

Et lorsqu’une personne de notre table fit remarquer à mi-voix son impression, il se trouva que tout-e un-e chacun-e avait effectivement la même perception des choses 🙂

Une ouverture vers d’autres tolérances, d’autres normes, d’autres possibles ???

Mais le fou rire nous gagna soudain lorsqu’il fut ensuite évoqué de rajouter une troisième silhouette pour tenir compagnie aux deux autres, à l’occasion du prochain anniversaire !

Bon, deux hommes enlacés c’était déjà un symbole fort, très, vous disais-je, mais de là à en imaginer trois…

Bien à vous,

Isabelle

Votre réaction

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.