Il a hérité ça de sa mère - Crédit photo izart.fr
Il a hérité ça de sa mère - Crédit photo izart.fr

« Il a hérité ça de sa mère »

02/04/2017 Bonjour à toutes et à tous,

Il a hérité ça de sa mère - Crédit photo izart.fr
Il a hérité ça de sa mère – Crédit photo izart.fr

Il a hérité ça de sa mère.

Qui l’avait elle-même hérité de sa propre mère.

Qui l’avait hérité à son tour de son père.

Héritage de l’arrière grand-père donc.

Cette manie qui se sème au hasard des générations

En tous cas, il n’a pas perdu l’habitude qu’il avait à la maison ! quelqu’un a vendu la mèche dans un sourire 🙂

Ah oui, je plante, tu plantes, elle plante, il plante, nous plantons.

Tout.

Ça va du simple noyau de pêche, prune, cerise, une fois le fruit consommé, au plus rare, mangue, avocat, nèfle, jusqu’à l’anone bien plus exotique…

Je les plante au printemps parce que comme ça ils ont la chaleur de l’été au moins pour pousser… m’explique t-il.

Ben voilà, au lieu de finir dans une poubelle ou moins pire, sur le compost, ils auront eu trois saisons pour savourer la pleine terre.

Et qui sait, un jour, grâce au réchauffement climatique, de se développer entièrement…

De fleurir pourquoi pas, et fructifier à leur tour 🙂

En attendant, il plante de partout, c’est à dire dans d’autres jardins ou dans la nature non cultivée.

Pour l’instant, c’est moi qui gère la nurserie des cactées, orchidées et autres cymbidium…

Sans compter la jardinière de plantes vertes héritées de la grand-mère, que m’a léguée un autre habitant de cette maison, en la quittant justement…

J’avais pourtant dit pas de plantes d’intérieur.

Tout le monde dehors !

Les plantes, en extérieur, elles nourrissent les abeilles, les papillons, les oiseaux… et un tas d’autres bestioles qui volent, rampent, sautent 🙂

Et sans entretien, les végétaux s’habituent, se serrent les coudes, résistent, s’acclimatent et… survivent !

Deux paysagistes, Arnaud Maurières et Eric Ossart ont entre autres, réalisé d’extraordinaires jardins en terrain aride.

Mais pas que.

Ils ont aussi bâti des maisons de pisé, dans le sud du Maroc, au milieu des jardins de rêve conçus en creux, comblant ainsi les carrières d’où est extraite la terre.

Lorsque vous aurez découvert leur site, serez-vous pris-e aussi par cette envie qui envahit jusqu’à l’obsession ?

Bien à vous,

Isabelle

Votre réaction

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.