J'ai adoré Amritsar autant que j'ai exécré Pushkar - Crédit photo izart.fr
J'ai adoré Amritsar autant que j'ai exécré Pushkar - Crédit photo izart.fr
Vous avez aimé :
[Total : 3    Moyenne : 5/5]

« J’ai adoré Amritsar autant que j’ai exécré Pushkar »

25/03/2019 Bonjour à toutes et à tous,

Dans le Punjab, j’ai adoré Amritsar autant que j’ai exécré Pushkar, ville du Rajasthan.

Cette dernière, comme je vous ai déjà raconté est un réservoir hallucinant de babas cool du monde entier.

Et pour cause, la-bas on vénère Shiva, divinité rattachée à l’opium et à tous les stupéfiants…

Ajoutez à cela des prix très modiques pratiqués pour le gîte et le couvert dans la ville, vous aurez tout compris.

Il paraît même que des personnes reviennent de temps en temps pointer en France, histoire de valider leur RSA.

Amritsar abrite quant à elle le Golden Temple, plus haut lieu de pèlerinage du sikhisme, un exemple de spiritualité et de recueillement.

Le sikhisme, 5e religion au monde, n’est pas une branche de l’islam, comme on le croit souvent en Occident, n’est-ce pas M. !

Les Sikhs pratiquants ne fument pas, ne boivent pas d’alcool, sont végétariens, et ne s’adonnent pas aux jeux de hasard.

Pas de caste non plus, et une égalité de traitement que vous soyez femme ou homme, si si, ça existe dans une religion…

Ils ne vénèrent qu’un seul dieu et sont appelés à protéger les pauvres, les opprimé.e.s et les faibles.

Ce qui justifie leur port du poignard à la taille au quotidien, femmes comme hommes, même dans les avions.

Leur religion les exhorte à mener une vie de partage et d’échange.

Ainsi sont-ils très honorés par la présence d’étrangers de toute confession dans le périmètre du Golden Temple.

Et vous invitent à partager le langar, repas offert gracieusement aux pèlerins comme à tout le monde.

La plus grande cuisine du monde sert jusqu’à 100 000 repas quotidiens, tous les jours de l’année, 7/24 !

L’entrée du Golden Temple est libre, pourvu que votre tête soit couverte et vos chaussures ôtées.

A votre disposition, vous avez des coupons de tissu si toutefois vous n’avez ni châle ni turban.

Puis après avoir trempé pieds et mains dans l’eau, vous vous mêlerez à la foule qui déambule en silence autour de l’édifice.

A leurs tenues, j’observe que des familles sont venues de très loin pour profiter de quelques jours de pélerinage.

A Amritsar, règne la même ambiance paisible, aucun marchand pour vous harceler ni aucun rabatteur pour vous importuner.

La ville grouille de personnes affairées à leur travail qui convoient d’énormes ballots de tissus, de sacs, sur des vélos surchargés.

J’aperçois sur l’un d’eux un chargement de pulls et gilets faits main qui vont aller rejoindre les rayons d’une boutique de la ville.

En effet, ici nombre de personnes portent de très beaux vêtements de laine tricotés ou crochetés main aux points sophistiqués.

Avant de quitter la ville, j’aurai la chance de trouver une écorce dont on se sert pour nettoyer ses dents.

Une vieille femme dans la rue propose en effet quelques morceaux de dandasa en hindi, ou wallnut tree en anglais.

Ce produit est devenu très rare à trouver, car sa commercialisation fait l’objet d’une nouvelle réglementation.

Et pour 5 Rs j’étais si heureuse de repartir avec mon petit paquet emballé dans du papier journal.

Bien à vous,

Isabelle

 

2 Commentaires

Votre réaction

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.