J'arrive pas à fermer l'oeil - Crédit photo izart.fr
Vous avez aimé :
[Total : 2    Moyenne : 5/5]

« J’arrive pas à fermer l’oeil »

13/04/2019 Bonjour à toutes et à tous,

J’arrive pas à fermer l’oeil.

Dès que mes paupières se ferment, défilent le Gadisar Lake avec ses balayeuses, le Golden Temple et ses pèlerins…

Quand je ne tangue pas au rythme des dromadaires, je saute des chemins de pierre au sable de Pondy.

C’est juste horrible, vertigineux même.

Je ne veux plus rentrer.

De fait, c’est ça qui m’habite le coeur 🙁

La dernière ligne droite est terrible.

Reprendre le bus de nuit pour douze heures puis attendre enfin le départ à l’aéroport de Delhi dans la fatigue.

Fouler le sol français, oublier mon vocabulaire, chercher du regard, perdre mes repères.

Fermer les yeux et les rouvrir aussitôt pour s’assurer que le rêve a pris fin.

Lire les mails des copines qui, arrivées en France, n’expriment qu’une seule envie, celle de repartir.

Appréhender ce sentiment vertigineux qui te transperce le corps et l’âme…

Finir sa migration et déjà préparer la suivante pour ne pas céder à la mélancolie.

Ecouter une dernière fois les cloches du temple, les oiseaux dans les mélèzes, la rivière dans la vallée.

Regarder en plissant les yeux, le soleil se lever une fois de plus sur l’Himalaya.

Ne pas se retourner.

Le plus grand voyage de ma vie prend fin, après 6 mois à sillonner l’Inde, en passant par la Malaisie et Singapour .

J’ai pas grandi qu’en âge, dans mes rêves aussi, les pages se tournent.

Le Taj Mahal n’a pas fini de se rappeler à mon souvenir.

Et les éclats de rire avec ma Bande de Blandes n’ont pas fini de résonner non plus !

Mais d’autres idées émergent déjà, par la magie des rencontres.

Plantes… Montagne… Trek… va où le vent te mène.

Bien à vous,

Isabelle

Votre réaction

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.