Je m'entraîne à faire l'andouille - Crédit photo izart.fr
Je m'entraîne à faire l'andouille - Crédit photo izart.fr

« Je m’entraîne à faire l’andouille »

19/06/2016 Bonjour à toutes et à tous,

Je m'entraîne à faire l'andouille - Crédit photo izart.fr
Je m’entraîne à faire l’andouille – Crédit photo izart.fr

Je m’entraîne à faire l’andouille.

Un peu plus tous les jours même.

Je compense pour celles et ceux qui se prennent (trop) au sérieux.

J’étais assise, l’autre jour, avec P. à la terrasse d’un bistrot, Place du Belvédère comme il l’a baptisée.

Un monsieur s’approche, se penche et ramasse des journaux posés sur le sol, au pied de ma chaise.

« – Vous avez perdu vos journaux là…

– Ah non, merci mais ce n’est pas à moi !

– Oui, je sais, ce sont les miens que j’ai oubliés… »

On se regarde avec P., sûrs d’avoir bien entendu la même chose… un dingue ?

Et en plus je n’ai jamais acheté le Figaro de ma vie.

Peut-être qu’il joue le même sketch tous les jours ?

Un quart d’heure plus tard, personne n’est venu prendre notre commande en terrasse.

Par contre, sur le parking concours de Porsche pendant que ça cause grave graveleux à la table de derrière.

Digestif réformé ou apéritif précoce ?

Qu’importe, nous partons sans avoir consommé mais en ayant profité du soleil, toujours ça de pris…

Il est équipé en pro des pieds à la tête pour parcourir le Chemin du Chêne sur lequel nous reprenons un chantier de pierres sèches à ciel ouvert.

« – C’est bien ce que vous faîtes, là !

– Merci… Y’a du monde qui marche avec vous, dîtes-donc…

– Oui, oui !

– Vous êtes une association de randonnée ?

– Non, non, c’est une animation de Décathlon« 

J’ai mené l’enquête, et j’ai trouvé… entre autres, des fautes d’orthographe dans le nom du village, à la une de la manifestation gratuite placardée par l’organisateur sur FB.

Sont offerts donc, la randonnée, le petit déj, le ravitaillement, le casse-croûte et en prime, la démonstration de montage de tente en fin d’après-midi au magasin.

Une cinquantaine de participants suivent le nez dans le guidon, s’étalant sur plusieurs dizaines de mètres, sans même savoir ce qui se passe autour d’eux ou sur le chemin.

Quid des associations locales en perte de vitesse ?

Tout dans le ventre, rien dans la tête, vous avez gagné… un abonnement à vie pour la grande surface de votre choix !

A part ça, j’vous dis, je m’entraîne à faire l’andouille.

Bien à vous,

Isabelle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.