« Le poète du printemps »

21/03/2014 Bonjour à toutes et à tous,

Cognassier du Japon
Cognassier du Japon

La mécanique s’enraie parfois,

Sans vraiment comprendre pourquoi.

Quand le train feint de dérailler,

L’arrêt d’urgence, déclencher.

Hôtel de la Gare encombré ?

Videz le buffet sans pitié !

Même de la fumée menacée,

Sans craindre du feu l’avancée,

Ouvrez la bouche et d’un grand cri,

Pointez tous les excès commis.

Exigez-en réparations,

Et sous-traitez sans restriction.

Pas de remord ni de chagrin,

Entonnez ce petit refrain,

« Oui je vais bien, oui tout va bien,

Oui je vais bien, oui tout va bien ».

Bannis les châtiments d’antan,

Optez plutôt pour l’innovant :

Dès alors internet coupé,

Vous aurez la paix, retrouvé !

Murs
Murs

Celui qui se donnait pour sot,

Trouve soudain comme un écho,

Cherchant la rime, cherchant le mot,

Ecrit en vers, et compte en pied,

Le jour entier reste à rêver…

Rêve, poète du printemps,

Avant l’automne prendra vingt ans.

∞∞∞

Bien à vous,

Isabelle

2 Commentaires

  1. Merci pour cet instant de poésie !!! jouer avec les mots est un instant de joie,trouver la rime stimule l’esprit. pouvoir décrire un paysage,un visage,une sensation,un instant,avec simplement des mots !!! est un grand moment de jubilation !!!! merci .
    Marie .

Votre réaction

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.