L'important c'est de ne jamais désespérer - Crédit photo izart.fr
L'important c'est de ne jamais désespérer - Crédit photo izart.fr
Vous avez aimé :
[Total : 1    Moyenne : 5/5]

« L’important c’est de ne jamais désespérer »

28/06/2014 Bonjour à toutes et à tous,

Quand on a vu la file de voitures qui commençait à serpenter sur la route au-dessus du pré, on s’est dit, avec A., qu’on avait bien fait d’arriver de bonne heure !

Il faisait beau encore à 20:00, et c’est au soleil couchant, que nous attendons tranquillement attendu l’ouverture des portes.

Auparavant nous avons fait un tour sur le camping du Festival Demon d’Or, planté pour trois jours en pleine campagne de Limonest (69).

Sous l’oeil vigilant de centaines de gradés qui grouillent quelques pieds sous terre…

Le massif du Mont d’Or abrite en outre une base militaire, cerveau de l’armée de l’air, comme elle se décrit elle-même.

Petit rodéo de circonstance dans l’immense parking où un trentenaire vociférant me coache pour la manœuvre à grands coups d’encouragements.

Ah oui, j’avais oublié, les femmes au volant, vieux mythe encore bien ancré chez certains bipèdes… attardés ?

Mais en tous cas, pas dans le Festival qui affiche joyeusement la mixité et dispose d’une organisation efficace et hors pair !

Toilettes sèches
Toilettes sèches

Et puis, alors que je franchis enfin l’entrée et que mon pass est flashé, il n’en va pas de même pour A. à qui l’accès est refusé.

Après vérification, il s’avère que nous nous retrouvons avec le même pass en main, pour cause d’erreur d’impression, THE gag 🙁

Comment gérer ce problème à distance bien sûr, sans chercher une imprimante quelque part en pleine campagne pour etc…

Je crois qu’on a ratissé toutes les capacités disponibles de nos cerveaux au cours de l’heure qui a suivi.

Y compris celles de A., pas la même, l’autre, qui nous a rejointes.

S’apprêtant à présenter son téléphone aux guichets pour retirer son entrée prépayée, elle se rend compte, à son tour, qu’il n’y a pas de réseau sur le Festival 🙂

Spectateurs
Spectateurs

Pendant ce temps, nous avons déjà fait de même pour retrouver trace de nos entrées.

Mais rien à faire, aucune capture d’écran possible, aucune photo, aucune possibilité d’éplucher les débits de paiement en ligne…

Impossible de se séparer non plus, puisque même les sms ne passent pas, dur se retrouver au milieu de 3000 festivaliers !!!

J'te cause plus
J’te cause plus

On a tout essayé, par exemple monter jusqu’à en haut du parking… puis rejoindre presque la route… ah, ça y est, ça se connecte 🙂

Mais une fois redescendues, évidemment, plus aucun affichage !

Au bout de deux heures d’essais infructueux, le gag commence à tourner au cauchemar 🙁

C’était bien mal nous connaître de croire qu’on va abandonner si près du but, car l’important c’est de ne jamais désespérer.

Pendant ce temps-là, les cars affrétés pour l’occasion continuent de déverser des grappes de jeunes, tentes et duvets sous le bras.

Tout ça ressemble fort à un camp scout en bivouac estival !

Le plan retenu est alors de regagner en voiture l’un de nos domiciles (20 mn le plus proche) et de faire un aller-retour pour imprimer les entrées en bonne et due forme.

Mais à la vue de la route bloquée et des parkings blinqués, le courage nous manque alors…

Une idée de folie nous prend soudain et nous descendons comme un seul homme (!) droit sur le poste de contrôle des entrées.

De plus, j’ai aussi oublié de vous dire que toute sortie après validation de l’entrée est définitive.

Donc je ne peux plus entrer sur le Festival puisque j’en suis sortie pour accompagner A. qui n’a jamais pu rentrer…

Vous me suivez ???

Nous avons alors exposé notre cas à un contrôleur qui, à l’énoncé de nos mésaventures, confirme qu’il a rencontré également des problèmes de connection.

Deux heures après, nous avons enfin un interlocuteur qui, lui aussi, se sert de technologies et comprend notre désarroi !

Et nous fait passer sans autre forme de discours 🙂

♥UN GRAND MERCI CHER MONSIEUR ♥

Bonheur de fouler enfin le sol du Festival et de déambuler entre les scènes.

De même, je goûte au plaisir, plus tard dans la nuit, d’applaudir Goran Bregovic.

A deux heures du matin, cependant, gagnés par la fatigue, nous nous éclipsons toutes.

Oui, bien que le concert ne soit pas fini et qu’on aime profondément Goran et que le concert soit magnifique  !

Mais la nuit de folie ne s’arrête pas là.

Festival Demon d'Or
Festival Demon d’Or

A la sortie du parking, toutes les voitures sont incroyablement blanches de poussière dans la nuit noire.

– « Allez-y, soufflez jusqu’à ce que je vous dise d’arrêter ! »

Un impressionnant dispositif de gendarmerie avec alcootest attend tout le monde à la sortie 🙁

J’affiche sans hésitation un 0.00 🙂

–  « C’est parfait, vous pouvez repartir, faites attention en reculant »

A la fin de ce parcours sans faute, et pourtant ô combien semé d’embûches, j’ai néanmoins pris moultes précautions.

Surtout pour ne pas écraser un gendarme en reculant…

Bien à vous,

Isabelle

PS : Ce qu’on lit sur le site samedi :

!! Avis à tous !!

Un arrêté préfectoral nous oblige à annuler les concerts de ce samedi, à cause d’un risque trop important d’orages violents.

Nous sommes vraiment désolés et plus qu’attristés par cette nouvelle. Nous aurions aimé fêter autrement cette 10ème édition. Mais nous nous souviendrons tout de même de la belle soirée d’hier ! Merci encore à vous pour ça

Nous vous tiendrons rapidement au courant pour la journée de demain.

Les places achetées seront évidemment remboursées. (Les modalités de remboursement vous seront détaillées la semaine prochaine).

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.