Migrants d'hier et d'aujourd'hui - Crédit photo izart.fr
Migrants d'hier et d'aujourd'hui - Crédit photo izart.fr

“Migrants d’hier et d’aujourd’hui”

09/03/2015 Bonjour à toutes et à tous,

Migrants d'hier et d'aujourd'hui - Crédit photo izart.fr
Migrants d’hier et d’aujourd’hui – Crédit photo izart.fr

Migrants d’hier et d’aujourd’hui, comment ne pas faire de parallèle entre ces bateaux surchargés d’italiens fuyant la misère et le régime politique pour gagner d’autres rives au péril de leur vie, et ceux qui traversent la Méditerranée actuellement, dans les mêmes conditions déplorables ?

Aujourd’hui, qui se rappelle encore de ces autres migrants italiens arrivés massivement en France au début du XXème ?

Si tous à présent sont bien intégrés, ils n’en oublient pas moins les sobriquets avec lesquels ils ont été accueillis en France, ne maîtrisant ni la langue, ni la culture du pays.

Il ne faut pourtant pas oublier la force de main d’oeuvre qu’ils ont apporté à notre pays, marquée par leurs savoirs-faire et leurs compétences.

Pourtant, la peur de l’autre, l’étranger, est toujours bien tenace… serait-ce une particularité française ?

C’est d’ailleurs la grossière assimilation des migrants et des djihadistes, dans la bouche même de notre Ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, qui lui a valu d’être clashé vertement par la maire de Lampedusa, Giusi Nicolini...

Rétorquant même que Lampedusa est un exemple de cohabitation de l’accueil des réfugiés et du tourisme, nous relate le conférencier devant un auditoire passionné.

C’est en poussant volontairement plus loin la réflexion que Jean Guichard clôt donc sa conférence, proposée par le comité Lyon de La Dante, avec pour thème les Chansons des émigrants italiens.

Oui, on retrouve dans le texte de ces chants d’émigrés, les mêmes naufrages, les mêmes larmes, les mêmes conditions de voyage, les mêmes souffrances, les mêmes détresses que celles vécues par les migrants actuels.

Et pour accompagner son exposé, Jean Guichard avait demandé une fois encore à la Tarentelle Saint Cyrote de venir interpréter son répertoire issu de l’immigration italienne, et proposait de découvrir aussi d’autres chants de migrants.

Je ne saurai trop vous recommander de suivre et de soutenir une initiative privée exemplaire, pour venir en aide aux migrants traversant les eaux, le MOAS.

La fondation MOAS (Station d’assistance offshore pour les migrants) sillonne les mers avec son bateau Phoenix, pour prévenir des pertes de vies en mer en fournissant une assistance de secours et de recherche professionnelle aux personnes qui se retrouvent en situation de détresse en haute mer ou piégées sur des embarcations dangereuses.

Bien à vous,

Isabelle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.