Mon groupe de parole silencieux - Crédit photo izart.fr
Mon groupe de parole silencieux - Crédit photo izart.fr

« Mon groupe de parole silencieux »

Vous avez aimé :
[Total : 2    Moyenne : 5/5]

07/08/2019 Bonjour à toutes et à tous,

Mon groupe de parole silencieux s’appelle Messenger.

Messenger pour celles et ceux qui ne connaissent pas, c’est un système de messagerie créé par Facebook.

On peut ainsi communiquer par écrit avec une personne, deux, trois ou plus à la fois.

Mais éventuellement aussi se parler via un appel téléphonique ou une vidéo.

Dans mon groupe, nous sommes 5 à échanger.

Pratique lorsque c’est impossible pour nous de nous rencontrer physiquement et parler de vive voix.

Nous n’avons pas réussi à renouveler l’exploit en 2018 alors que cela avait été possible jusqu’en 2017.

Mais bon, nous continuons par ce biais de nous donner des nouvelles mutuellement, partager des idées, des photos voire des vidéos.

Histoire de se dire, mais en silence, que nous sommes toujours présent·e·s et bienveillant·e·s les un·e·s envers les autres.

Chacun·e y va de ses commentaires au gré de sa disponibilité ou de l’intérêt porté à la conversation.

Aucune intrusion, pas comme les coups de téléphones intempestifs de naguère !

N’avez-vous pas souvenir d’être resté·e·s bloqué·e·s parfois une heure avec un·e proche au bout du fil ?

J’avoue sans honte que nous nous refilions le combiné à tour de rôle pour ne pas nous éterniser.

De l’autre côté, cette parente nous détaillait allègrement sa journée, ses rencontres, ses visites, ses états d’âme

Et plus personne ne voulait répondre à ce coup de téléphone qui revenait deux ou trois fois par semaine 🙁

Avec le téléphone illimité c’était devenu si facile !

Mais avec le combiné sans fil, on a enfin pu s’occuper à autre chose tout en écoutant se déverser le flot de paroles 🙂

De bonne heure, j’avais opté pour un téléphone avec répondeur intégré et automatique.

Cela permettait d’abord de filtrer les appels et ensuite de rappeler ultérieurement si besoin et selon disponibilité.

Aujourd’hui, la ligne de téléphone fixe ne sert plus à rien, et d’ailleurs qui l’utilise encore ?

Dernièrement j’ai scanné nombre d’articles dans des revues de santé pour ensuite me débarrasser du support papier.

De la même façon, je les ai partagés avec mes proches via Messenger.

Ils les liront ou les mettront à la poubelle si le sujet ne les intéresse pas.

Ça m’évitera de faire part à chacun·e de mes lectures voire de radoter… c’est souvent le risque !

Et puis, merci les multimédias, une petite photo ou vidéo postées en direct, ça en dit plus qu’un long discours, 😉

Bien à vous,

Isabelle

2 Commentaires

  1. comme me dit l’astrologue de ma petite rue de Pahar Ganj à Delhi, ne pensez pas que tout le monde pense comme vous… ne va pas imaginer que tout le monde utilise à fond la caisse tous les outils de communication virtuelle et internet… ne serait-ce que pour ma part, je continue à utiliser mon téléphone fixe autant que je peux, mais oui, pour les ondes qui me brulent les oreilles avec le portable, c’est un heureux moyen de téléphoner à moindre risque…

    • Alors pour éviter de te faire brûler les oreilles par les ondes, je pense que ton téléphone t’a été livré avec un kit piéton, très efficace pour ne pas mettre l’appareil en contact avec soi 😉 Pour le reste, c’est comme de tout, certes oui, on aurait pu aussi continuer d’utiliser le minitel, appeler les renseignements grâce à un appel payant pour trouver un numéro, aller dans une gare réserver un billet de train ou dans une agence pour un billet d’avion… Au hasard, lesquels pratiques-tu encore ? S’il y a moyen de se faciliter la vie agréablement, perso ça m’intéresse et je te rassure ça ne met pas en danger sinon je ne le ferai pas. Faut juste être un peu « connectée » et j’avoue que depuis toujours je suis une passionnée de technologie 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.