Oui-je-sais-que-je-ferai-mieux-de - Crédit photo izart.fr
Oui-je-sais-que-je-ferai-mieux-de - Crédit photo izart.fr

« Oui-je-sais-que-je-ferai-mieux-de »

01/05/2017 Bonjour à toutes et à tous,

Oui-je-sais-que-je-ferai-mieux-de - Crédit photo izart.fr
Oui-je-sais-que-je-ferai-mieux-de – Crédit photo izart.fr

Oui-je-sais-que-je-ferai-mieux-de répondre aux appels angoissés qui encombrent mon impassible répondeur téléphonique.

Oui-je-sais-que-je-ferai-mieux-de pleurer sur le sort des poulets élevés en batterie dont ma boîte mail est crépie de fientes.

Oui-je-sais-que-je-ferai-mieux-de réfléchir par deux fois avant d’aller voter, parce que la démocratie française est en danger.

Oui-je-sais-que-je-ferai-mieux-de paniquer face aux menaces de mon bailleur social, ça lui réglerait bien des soucis.

Oui-je-sais-que-je-ferai-mieux-de rembourser ma dette au plus vite, car à vouloir faire valoir mes droits, je n’ai aucune garantie de résultat.

Oui-je-sais-que-je-ferai-mieux-de ne pas faire ma maligne, vu que je ne le suis pas…

Toussa toussa… parce que c’est… IMPORTANT !

Plus important que cette soif de continuer à chanter, à parler, à trinquer avec des ami-e-s, sourde aux lamentations environnantes ?

Plus important que ce besoin de préserver mon petit espace de ciel bleu dans ce cadre tout gris ?

Plus important que ce désir de continuer à rêver, à feuilleter un bouquin, à regarder les fleurs, à caresser des cailloux, loin de l’agitation ambiante ?

Plus important que cette envie de rire aux éclats pour relâcher la pression ?

Et puis je suis allée surfer quelques instants sur le Net, après avoir passé en revue dans ma tête certains auteurs que j’avais lus avec passion, ado, de Castaneda à Kerouac… bouffée d’air frais !

Jusqu’à, dérivant un peu plus, retrouver trace en musique de Michel Corringe, pour celles et ceux qui s’en souviennent, mais est-ce vraiment possible de l’oublier ?

Ce magnifique poète et chanteur, bien sûr, je l’ai rencontré quelque part dans ma période lyonnaise, aux Clochards Célestes par exemple.

Gisant depuis bientôt 16 ans, au cimetière de Charolles.

Peut-être avez-vous aussi grandi dans la poésie d’Henri Tachant ?

Ou de celle d’Aragon dans la bouche de Jacques Bertin ?

Pardon, poésie… vous avez dit ?

Bien à vous,

Isabelle

2 Commentaires

  1. Juste ces quelques lignes de Tagore qui est mon écrivain préféré :
    « J’ai baisé ce monde avec mes yeux et avec mes membres. Avec des plis sans nombre, je l’ai enroulé dans mon coeur ; j’ai versé sur ses jours et ses nuits tant de pensées, que le monde et ma vie n’en ont plus fait qu’un – et j’aime ma vie parce que j’adore la lumière du ciel qui est toute en moi. »
    Joyeux 1er Mai 2017 !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.