Passer de l'acide à l'héroïne - Crédit photo izart.fr
Passer de l'acide à l'héroïne - Crédit photo izart.fr
Vous avez aimé :
[Total : 2    Moyenne : 5/5]

« Passer de l’acide à l’héroïne »

05/01/2019 Bonjour à toutes et à tous,

Comme je cherche à me restaurer dans les environs du Taj Mahal, une suggestion de Google me propose le café Sheroes Hangout d’Agra.

C’est dans cet endroit où les prix sont laissés à la libre participation de la clientèle que je vais rencontrer une incroyable jeune femme.

Car pour passer de l’acide à l’héroïne qu’elle est devenue, Neetu se sera battue pendant près de 20 ans.

Le lieu a vu le jour un symbolique 08 Mars 2014, en hommage à la Journée des Droits des Femmes célébrée dans le monde entier.

Sheroes dans sa version féminine et plurielle s’oppose avec dignité aux bien classiques heroes masculins.

Tout est dit dans ce combat de femmes engagées avec force contre la violence masculine.

La conversation s’engage après que Neetu se soit spontanément rapprochée de ma table.

Oh, si un jour vous poussez la porte de l’entreprise, elle ne pourra probablement pas échapper à votre regard.

Pas plus que sa mère qui travaille également au même endroit.

Toutes deux sont des rescapées d’une ignoble attaque à l’acide.

C’est le père de famille lui-même qui a perpétré cette agression.

La fillette était âgée de 3 ans à l’époque des faits.

Sa petite soeur de 18 mois est en outre décédée peu après son admission à l’hôpital.

Dès les premiers regards, le ton est donné.

Car impossible de ne pas voir le crime dont elles ont été victimes.

De toutes les injustices commises à l’encontre des femmes que je n’ai eu de cesse de dénoncer dans ces mêmes lignes, probablement aucune n’a atteint un tel sommet d’horreur.

Hier, déplore la jeune femme, une fille a été aspergée d’essence puis brûlée en rentrant de l’école.

Comment ne pas continuer à s’indigner du triste sort réservé aux femmes à travers le monde, tous pays confondus.

Rouées de coups ici, brûlées à l’acide ailleurs, souvent tout cela se passe dans le cadre familial et dans le plus grand silence…

Mais passées les terribles premières révélations de la jeune femme, se dessinent des envies folles de voyages et sa passion pour le chant.

Contrairement aux apparences, la vie est bel et bien là, pétillante, comme par opposition à ces corps douloureusement meurtris.

Heureusement que des touristes, des célébrités et la clientèle soutiennent ces femmes dans leurs projets.

Car personne d’autre n’intervient officiellement.

Le gouvernement a cependant offert le local qui procure ici 9 emplois.

Ailleurs, un autre lieu procure 14 emplois supplémentaires.

Neetu, qui n’a jamais été scolarisée attend de pouvoir subir une nouvelle opération de son seul oeil encore valide pour voir mieux.

Mais un risque évalué à 50% de perdre définitivement la vue pèse dans l’intervention chirurgicale.

Et malheureusement très peu d’écoles en Inde proposent d’apprendre le braille.

Mais la vente d’acide est encore libre... murmure la survivante à l’issue de notre conversation.

Bien à vous,

Isabelle

2 Commentaires

Votre réaction

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.