Quand l'échalote chante - Crédit photo izart.fr
Quand l'échalote chante - Crédit photo izart.fr

« Quand l’échalote chante »

05/06/2015 Bonjour à toutes et à tous,

Quand l'échalote chante - Crédit photo izart.fr
Quand l’échalote chante – Crédit photo izart.fr

C’est une première.

Plongée dans le monde de la gastronomie, version envers du décor, direction les coulisses du Môle Passedat.

L’ascenseur monte doucement en façade du MuCEM jusqu’au restaurant La Table.

L’accueil est des plus agréables en attendant les autres participants, rafraîchissements et vue imprenable sur la mer, alors qu’à nos pieds, s’agite la cité phocéenne.

L’hôtesse nous guide alors vers Le Café du Môle Passedat, situé Fort Saint Jean, pour retrouver le Chef Kito.

Le thème, retenu ce soir, à l’Ecole de Cuisine pour les 9 participants, 5 femmes et 4 hommes, est la préparation d’un poisson entier.

Sur la terrasse du Fort, le Môle Passedat abrite également un magnifique jardin méditerranéen en carré, dont le chef nous fera la faveur d’une visite commentée à la pause.

[sam id= »8″ codes= »true »]

Ici, pois gourmands, fenouil, roquette, poireau et autre basilic, sont cocoonés sous un mulch généreux, plaisir des yeux et du palais qui laissent deviner la suite du programme !

Mais maintenant, c’est par binôme, devant nos planches à découper, tablier à la taille et torchon sous la main, que nous écoutons le chef détailler le menu.

Fenouil, tomate et citron
Fenouil, tomate et citron

La dorade entière farcie au fenouil, rôtie à l’huile d’olive et servie avec un jus de persil nous met déjà l’eau à la bouche.

Quant au risotto de pommes de terre safranées, nous attendons avec curiosité d’en découvrir tous les secrets.

Dorade rôtie
Dorade rôtie

Mais pour l’heure, c’est la corvée de pluches qui ouvre les festivités, parce qu’ici chaque élève réalise intégralement son plat.

Il faut dire que le chef Kito ne ménage ni sa patience ni sa pédagogie, détaillant minutieusement chaque geste, partageant tout aussi bien astuces qu’enseignement classique de la cuisine, pour nous amener au meilleur résultat.

L’entendre et le voir transmettre sa passion de l’art culinaire aux amateurs que nous sommes, c’est un bonheur pour les oreilles et les yeux.

« Quand l’échalote chante, elle est à bonne cuisson… »

Dit comme ça, avé l’accent, c’est tout Marseille qui vous enchante, tandis que chauffe l’huile d’olive dans les cocottes.

Surtout après avoir humé et déposé le safran au milieu de cubes de pommes de terre, nageant dans un bouillon de crustacés…

Surtout après avoir préparé le jus de persil, tout comme on aurait pu le faire avec de la coriandre, de la roquette ou de l’estragon…

Dégustation en terrasse
Dégustation en terrasse

Et après les premières tomates bio et locales, préparées en carpaccio et dégustées du bout des doigts entre amateurs de bonne cuisine, que dire de plus…

Mais voilà que les dorades sortent du froid, chacun la sienne sur la planche pour l’écailler et lui couper les nageoires, facile.

Trifouiller dans le ventre pour en retirer les entrailles, déjà vu.

Détacher les ouïes avec une paire de ciseaux.

Détacher les ouïes… détacher les ouïes… jamais entendu parler ???

Ouïes détachées !

Farcir de fenouil émincé, et décorer de tranches de tomates et de citrons et…

Vous avez deux, voire trois possibilités de connaître la suite.

En un, vous offrir le cours de cuisine, on n’est jamais si bien servie que par soi-même.

En deux, vous le faire offrir, après l’avoir fortement suggéré.

Et en trois, je dirai… gagner un premier prix !

Entre chien et loup
Entre chien et loup

Vous aurez alors l’honneur de partager votre repas et tous les commentaires autour de celui-ci, avec le chef et les autres participants, à la fraîche, sur la terrasse du Fort Saint Louis.

Et pour tous les petits plus qui ont agréablement émaillé ce cours de cuisine, je vous en laisse découvrir la surprise 😉

Une teinte jaune doré barrait le ciel, en descendant le long du Vieux Port, entre chien et loup.

Tandis que des senteurs d’épices et de mer montaient en écho dans la nuit bienveillante, cette pensée m’accompagnait.

Un moment rare, rare comme le safran que tenait le chef entre ses mains, quelques heures auparavant.

Bien à vous,

Isabelle

3 Commentaires

  1. Une chronique très fidèle à ce cours de cuisine extrêmement réussi. J’avais la chance d’être parmi les participants et j’ai passé un moment formidable. Nous avons dîné ensemble en toute convivialité et il faut bien avouer que le cadre, la mer, le coucher de soleil et la douceur du climat de cette soirée dans la cité phocéenne ont ajouté une touche de magie au talent du chef Kito. Une bien jolie expérience !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.