Petite chronique “Quand Tamil Nadu et Kabylie vibrent à l’unisson…

Vous avez aimé :

“Quand Tamil Nadu et Kabylie vibrent à l’unisson”

16/06/2019 Bonjour à toutes et à tous,

Quand Tamil Nadu et Kabylie vibrent à l’unisson, où est le mystère ?

Car dès les premières notes de musique traditionnelle entendues dans le Tamil Nadu en Inde, j’ai été ramenée 30 ans en arrière.

Oh c’est facile à entendre pour peu que vous preniez les bus du gouvernement, le son est à fond tout au long du voyage !

Les mélodies me rappelaient soudain trop la musique traditionnelle de Kabylie dont je suis fan de la première heure 😉

Bon, je vous laisse d’abord écouter un premier titre de musique tamoule.

Et ensuite ce second titre de musique kabyle.

Alors ?

Comment les connexions se sont-elles établies dans ma mémoire pour mettre en lien ces deux mélodies ?

Les Kabyles sont une ethnie d’origine Berbère plus exactement Amazigh, tout comme les Touaregs, les Chaouis…

En Inde, suite aux invasions musulmanes arrivées par le Nord dès le VIIIe siècle, la musique se scinde géographiquement en deux.

La musique classique de l’Inde du Sud est appelée Carnatique et celle du nord Hindustanie.

Très facile d’imaginer alors que tout cela débouche sur des métissages désirés ou non, certes.

Et y compris artistiquement bien sûr !

Car si on se rappelle que les Empires musulmans se succédèrent ainsi en Inde durant près de 10 siècles….

Élémentaire, serais-je tentée de dire… à moins que ce ne fut le contraire, comme supposé dans cet ouvrage.

Le Net a ses raisons que la raison ignore, et du coup, mes tâtonnements/rapprochements s’arrêtent là !

En tant que néophyte en la matière, je vous laisse éclaircir la question si vos connaissances vous le permettent 😉

En attendant, je vais continuer à écouter l’une et l’autre pour mon plus grand bien et peut-être vous les faire découvrir ?

Bien à vous,

Isabelle

Isabelle alias Mam's
https://izart.fr
« Petites chroniques » sont produites sous Licence Creative Commons : Oeuvres protégées, leur reproduction, copie, modification sont soumises à autorisation de l'auteure.

1 comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: