Que la planète me pardonne - Crédit photo izart.fr
Que la planète me pardonne - Crédit photo izart.fr

« Que la planète me pardonne »

Vous avez aimé :

22/04/2022 Bonjour à toutes et à tous,

En ce Jour de la Terre, ou Earth day je voudrais demander ici publiquement que la planète me pardonne pour mes déboires.

Parce que pour la première fois depuis des décennies, j’ai effectué des achats dont j’ai encore honte.

Achat de première nécessité, sans grande valeur de prix, mais qui m’ont coûté cher éthiquement parlant.

Pour le voyage dont je vous ai parlé dernièrement, il me fallait trouver une paire de gants dignes de ce nom pour parcourir les quelques 700 km à moto.

Ainsi, le seul magasin de motos digne de ce nom qui se trouvait sur notre route de depart était à l’enseigne de Royal Enfield.

Je trouvais donc gants à ma main, pour une somme et une protection modiques.

Mais passé le moment de satisfaction, j’ai eu une mauvaise surprise.

Mes superbes gants étaient de marque renommée certes, mais Made in Korea.

Bon, ceci dit, cela faisait sans doute depuis Octobre 2019, date de mon arrivée en Inde, que je n’avais pas acheté de produits importés.

En effet, en Inde, le gouvernement a une volonté politique et économique de produire et consommer localement.

Ensuite, à Bengalore, je me rendis chez Decathlon afin de faire trois achats indispensables pour renouveler les existants défectueux.

Ainsi, il me fallait trouver en premier lieu un sac à dos basique, destiné à un usage quotidien, ce qui fut rapidement fait.

Ensuite, je trouvais la cape rêvée, c’est à dire ample, de taille XL c’est bien cela, avec des manches.

Oui, parce que celle que j’avais jusqu’à présent, de marque Decathlon également, était un rectangle d’une seule pièce.

Et donc absolument inefficace à vélo en cas de pluie ce genre de cape, car les manches s’arrêtent au coude quand on a les bras sur le guidon…

Je trouvais ensuite tout aussi facilement une paire de chaussures de randonnée de la même marque, à un prix défiant toute concurrence.

Deuxième mauvaise surprise, l’étiquette affichait cette fois Made in Bengladesh

Quant à la troisième mauvaise surprise, ce fut de constater que tous mes achats étaient étiquetés 100% polyamide ou polyester ou plastique quelque chose.

Mais ici, sous le climat tropical, tout se dégrade, soit à cause de la mousson, soit à cause du soleil.

Le cuir moisit, le bois pourrit, le coton se désagrège, la toile grille, le caoutchouc fuse…

J’eus un petit soupir de soulagement cependant, lorsque j’aperçus que le sac à dos et le poncho de marque Decathlon étaient Made in India.

Tel était mon mea-culpa en ce Jour de la Terre, que la planète me pardonne.

Bien à vous,

Isabelle

Vadouvan de Pondichéry

Le vadouvan est un mélange d'épices douces prêtes à l'emploi, aux origines indiennes et adaptées à la cuisine français...

8,90 €

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.