Un clin d'œil inattendu - Crédit photo izart.fr
Un clin d'œil inattendu - Crédit photo izart.fr

« Un clin d’œil inattendu »

Vous avez aimé :

21/09/2021 Bonjour à toutes et à tous,

Un clin d’œil inattendu a ponctué ma journée d’un grand plaisir, doublé d’une gratitude sans nom…

En effet, hier, j’me disais c’est un peu juste ma collection d’écharpes, surtout que beaucoup d’entre elles sont défraîchies et abîmées.

Ça devient compliqué de les coordonner avec mes tuniques et pantalons à la mode indienne.

Bon surtout que j’en deux trois jolies, en soie… qui sont restées en France.

Je les voyais même défiler dans mes souvenirs, la rose, cadeau de mes kids, la rouge, la bleue, la violette.

Ben oui, partie depuis Octobre 2019, je suis rentrée moins d’un mois en France, et toujours aussi légère en bagages.

Et le peu de linge que j’ai gardé dans un carton en France, une nighty, un châle, deux leggings peut-être et mes foulards, ça ne profite à personne.

C’est dommage, ils auraient pu me servir ici, mais c’est comme ça.

J’ai même pris la résolution de ne plus me faire couper à neuf des habits du dimanche, comme on dit ici, entre nous, quand ils seront défraîchis.

Comprenez quelques ensembles pas encore décolorés par le soleil ni tachés par la terre ocre rouge locale ou autre fruit exotique.

Car autant vous dire que c’est pratiquement mission impossible !

Déjà que pour mes vêtements de travail du studio d’upcycling, c’est deux lessives par semaine sans pouvoir rattraper les tâches de colle, peinture, graisse…

Donc je recycle autant que possible le tissu récupérable et m’en vais renouveler mon stock de second hand au Free Store d’Auroville.

Par chance, il est toujours abondamment garni.

Et du coup, je compose et renouvelle au besoin de magnifiques et improbables coordonnés avec tout ce qui me tombe sous la main… ou pas.

Parce que bien sûr rien ne se joue en même temps, trop facile.

Alors mon nouveau challenge c’est d’attendre que soudain apparaîsse un haut ou un bas à coordonner avec ce que j’ai en attente.

Pour la créative tous azimuths que je suis, c’est jouissif de relever le défi, d’autant plus que le vestiaire est gratuit.

Et voilà que ce matin, je fais un crochet par la boutique pour y déposer deux articles encore potables.

Soudain, là, sur le présentoir des chapeaux, foulards et autres accessoires, je la vois, sagement pendue, qui me tend les bras !

Si je vous dis que c’est exactement le même rouge, même motif, même matière, même forme… que celle qui est restée en France.

Peut-être que c’est elle, tiens d’ailleurs…

Bien à vous,

Isabelle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.