« Una fine settimana molto italiana »

11/10/2014 Bonjour à toutes et à tous,

Claudia Ferronato, stage de chant
Claudia Ferronato, stage de chant

Una fine sentimana molto italiana, une fin de semaine très italienne, c’est peu dire avec à l’affiche la conférence de Jean-Luc de Ochandiano sur le thème de l’immigration italienne à Lyon, ce vendredi soir à saint Cyr au Mont d’Or (69) et ès-trad@ le 1er Festival de musique traditionnelle Italie Nord-ISère, à Bourgoin Jallieu (38) du 09 au 11 octobre.

Certes, il y en avait pour tous les goûts, entre conférence, danse et musique, mais surtout italiens !

Fratelli d’Italia a retenti dans la Salle des Vieilles Tours, interprété par l’Harmonie de Saint Cyr, avant que la Tarentelle Saint-Cyrote ne propose un programme de chants de l’émigration italienne, en introduction de cette soirée née de l’initiative d’Agnès Ogier, chef de choeur.

Variations Culturelles était également de la partie pour réaliser cette soirée, et tout à été rondement mené grâce à la synergie de ces associations locales.

Deux siècles de présence italienne dans l’agglomération lyonnaise ont formé la population émigrée la plus importante de la région jusque dans les années 1960, nous apprenait l’historien.

Et l’on retrouve leur présence dans de nombreux corps de métiers où ils excellaient, mosaïstes, plâtriers, maçons, ferblantiers, ainsi que dans de nombreux métiers de bouche.

Il ne faudrait pas oublier que ce sont des italiens qui permettront à Lyon d’acquérir une notoriété mondiale dans l’industrie de la soie.

Conférence l'immigration italienne à Lyon
Conférence l’immigration italienne à Lyon

C’est en parlant des artistes italiens, décorateurs, sculpteurs, musiciens ou saltimbanques, que le conférencier peut ainsi aborder les nombreuses Harmonies italiennes, exclusivement masculines, et dont l’une a la particularité de jouer à vélo !

L’occasion, pour Gabriel Ogier, de rappeler l’histoire de l’Harmonie de Saint Cyr, avant que musiciennes et musiciens n’entonnent avec brio une suite d’extraits d’opéras italiens.

Ils retrouveront les choristes de la Tarentelle pour un dernier Bella Ciao, avant de partager un verre de l’amitié avec le public.

Toutes ces traces et témoignages du passé sont à découvrir dans le livre de Jean-Luc de Ochandiano et aux Archives Municipales de Lyon, à l’occasion de l’exposition Lyon l’italienne.

Et puis ce samedi au Conservatoire Hector Berlioz, c’est l’énergie communicative de Claudia Ferronato, chanteuse professionnelle, musicothérapeute, qui a permis à une vingtaine de stagiaires de relier le son, la voix et les vibrations à chaque « capteurs » de notre corps.

Dommage que le temps nous ait manqué, avec les amis choristes lyonnais, nous aurions aimé partager ce Festival avec le concert de clôture en soirée…

Mais chacun sera reparti avec, dans les yeux et dans la peau, les bouquets de fleurs et d’étoiles cueillis lors de l’apprentissage de chants traditionnels italiens, merci pour ce beau cadeau !

Bien à vous,

Isabelle

Votre réaction

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.