Vieillir avant qu'il ne soit trop tard - Crédit photo izart.fr
Vieillir avant qu'il ne soit trop tard - Crédit photo izart.fr

« Vieillir avant qu’il ne soit trop tard »

07/07/2016 Bonjour à toutes et à tous,

Vieillir avant qu'il ne soit trop tard - Crédit photo izart.fr
Vieillir avant qu’il ne soit trop tard – Crédit photo izart.fr

Vieillir avant qu’il ne soit trop tard…

C’est une bonne idée qui a émergé parmi toutes, lors notre discussion à bâtons rompus de l’après-midi.

A l’ombre des figuiers mais dévorés par les moustiques, ou dans l’herbe mais grillés par le soleil, qu’importe, ce jour-là nous échafaudions mille et un plans d’avenir.

Et l’évocation, entre autres, de nos parents vieillissant avait de quoi alimenter le débat et surtout de constater le désastre

Vivre, comme si tout cela devait durer éternellement, sans considérer que le corps prend des rides et des années, un antidote contre la mort ?

Effectivement, nous n’avons jamais si longtemps vieilli, et nos parents eux-mêmes n’ont jamais vu leurs parents atteindre leur propre âge.

« Selon une étude de l’Ifop relayée par Jean-Paul Tréguer dans Le Senior marketing, l’écart entre l’âge réel et l’âge ressenti, en moyenne de dix ans, peut ainsi, dans certains cas, aller jusqu’à 30 ans. Pour communiquer vers cette cible, il est donc primordial d’éviter les préjugés sur l’inactivité, sociale et physique, ou les problèmes de santé, qui font fuir les jeunes seniors (…) » 01.12.2007 dans Commerce Magazine.

Sauf que depuis la publication cet article, soit 9 ans après, J.P. Tréguer est passé du senior au silver marketing !

Baignés dans l’illusion de la jeunesse éternelle, alimentée par tous les experts en consommation, les seniors s’avèrent être de juteux candidats à leur propre postérité !

Hélas, le confort spirituel remplit moins les caddies que la loi du paraître…

Et chez de plus en plus de personnes, c’est le cerveau qui flanche avant le corps, délabré par tout ce qui n’a jamais été réglé et/ou évacué.

Rancœurs, rancunes, conflits et autres non-dits cumulés au fil du temps hantent les malles de nos mémoires, comme d’immenses toiles d’araignées tapissant le grenier.

Un esprit dérangé dans un corps sublimé, un esprit éveillé dans un corps buriné ?

Et si vieillir se préparait à chaque instant, non comme une menace qu’il faut repousser le plus longtemps possible, mais comme une évidence à accueillir chaque jour avec bienveillance ?

Cela ou… des générations de quinqua, sexa, septua, octo, nonadégénaires ?

Bien à vous,

Isabelle

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.