Vivre de regrets - Crédit photo izart.fr
Vivre de regrets - Crédit photo izart.fr

« Vivre de regrets »

19/01/2016 Bonjour à toutes et à tous,

Vivre de regrets - Crédit photo izart.fr
Vivre de regrets – Crédit photo izart.fr

La litanie des défunts connus et inconnus n’en est qu’à mi-chemin de ce premier mois de 2016, Bowie, Galabru, Angelil, Delpech, Boulez…

Paraît qu’on meurt plus en janvier que tous les autres mois de l’année, et c’est valable même à l’échelle de l’Europe.

Fatalité de début d’année, recrudescence de maux, mauvais temps, déprime accentuée ?

Ce matin au téléphone, alors que je prends de ses nouvelles, il affiche un moral au plus bas.

Ben oui, la réalité est là, à 87 ans, il est moins autonome qu’il y a seulement quelques années.

Vivre de regrets, à quoi bon, réponds-je en substance.

Et de lui exposer que sa situation à présent est quand même plus confortable que ses débuts dans la vie professionnelle alors il n’était qu’ouvrier agricole.

« – Dommage que tu n’habites pas plus près de moi quand même…

– Mais papa, il n’y a qu’une trentaine de kilomètres entre nous !

– Oui, c’est vrai…

– Et que devrais-je dire avec J. qui vient de partir travailler en Inde, sais-tu combien de kilomètres nous séparent, ça se compte en heures d’avion ?

– …

– Le propre des enfants, c’est bien de voler de leurs propres ailes.

– Oui, tu as raison, peut-être que je devrais être plus philosophe…

– Tu pourrais aller moins bien aussi, te déplacer en fauteuil roulant par exemple, ou ne plus avoir la faculté de lire Le Monde tous les jours…

– C’est vrai, ça me remonte un peu le moral ce que tu me dis (petite voix).

– Prends aussi un peu le téléphone pour m’appeler.

– Ah mais je ne sais pas comment ils fonctionne, j’ai du mal à m’en servir…

– Alors je vais prévenir le personnel et ils composeront mon numéro quand tu le leur demanderas.

– D’accord, merci mon p’tit… »

Il sanglote à présent.

Hier, nous parlions de cela avec A.M. jusqu’à fort tard dans la nuit, lorsque les tranches de vie se transforment en comédies shakespeariennes.

Ce qu’il y a de rassurant dans tout cela, c’est que finalement, en partageant ainsi des bribes de secrets de famille, on se sent tout à coup un peu moins isolé !

Les tiroirs de nos armoires de familles sont pleins de cadavres, d’héritages spoliés, d’aïeux glauques ou d’appellations d’origines incontrôlées…

Alors, à quoi bon avancer pleurants et gémissants, vivons… et sans regret jusqu’à l’année prochaine !

Bien à vous,

Isabelle

Et à 43:43, sur la vidéo qui suit, ne manquez pas la fabuleuse histoire de La Femme du roulier, avec Hélène Labarrière et Violaine Schwartz…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.