Bien chers petits-enfants - Crédit photo izart.fr
Bien chers petits-enfants - Crédit photo izart.fr

« Bien chers petits-enfants »

Vous avez aimé :

14/06/2022 Bonjour à toutes et à tous,

Bien chers petits-enfants, avant de faire plus ample connaissance, je suis heureuse que ces Petites chroniques relatent un peu de ma vie, de la vie d’avant et après votre venue.

Oui, j’étais une enfant atypique, j’ai été une mère atypique et finalement grand-mère atypique aussi, impossible de réécrire l’histoire !

Tout le dialogue que nous ne pouvons avoir actuellement sera dans ces mêmes lignes, c’est aussi une des composantes de mon héritage immatériel.

Et vous pourrez faire plus ample connaissance avec votre grand-mère indienne, cette inconnue, si tel est votre souhait un jour.

Tout a commencé il y a un peu plus de 10 ans, lorsqu’en 2011 j’ai démarré ce blog en ligne – fallait bien se moderniser – pour narrer mon histoire et celle de notre famille.

A l’époque je résidais encore en France.

Donc les membres de notre famille, mes enfants et moi donc, étions plus proches physiquement, même si les uns et les autres naviguaient dans le pays.

Ça faisait toujours moins à parcourir que les 8000 km pour venir me rendre visite aujourd’hui en Inde !

A part ça, voilà la dernière nouvelle que je vous partage : me voilà officiellement Aurovilienne.

Ma venue en Octobre 2019, initialement planifiée comme temporaire, s’est finalement avérée définitive.

32 mois après, soit un peu plus de 2 ans ½, je suis toujours là !

La première personne surprise par cette grande transformation, modestement, c’est bien moi.

Jamais, au grand jamais je n’aurais imaginé que ma vie basculât un jour de la sorte.

Elle avait amorcé un immense et heureux tournant lors de la naissance de mon premier enfant.

Et chacune des autres naissances suivantes apporterait toujours plus de bonheur à l’aventure familiale.

Puis un deuxième tournant, tout en angle droit celui-là, allait s’avérer décisif pour donner un nouvelle direction à ma vie et à celle de mes kids.

Résilience, tel était son nom.

Le troisième tournant se présenta à moi lorsque je décidais d’en finir avec le monde du travail.

Et le tout dernier, après maintes autres péripéties doublées de déménagements, c’est mon départ pour l’Inde

J’espère qu’un jour vous me rendrez visite et qu’on en parlera plus longuement.

En attendant, je vous laisse partir à vos crèche et maternelle, caresses et tendresse, Mamiza.

Bien à vous,

Isabelle

[dp_product id=1 domain=0 ]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.