Ici j'ai trouvé ma famille d'âme - Crédit photo izart.fr
Ici j'ai trouvé ma famille d'âme - Crédit photo izart.fr
Vous avez aimé :
[Total : 1    Moyenne : 5/5]

« Ici j’ai trouvé ma famille d’âme »

29/05/2019 Bonjour à toutes et à tous,

Ici j’ai trouvé ma famille d’âme nous disait Gabriele, arrivée directement d’Allemagne il y a 40 ans.

Sans connaître un seul mot de français, elle venait faire la bergère de moutons en Occitanie 😉

Depuis elle a appris à connaître le règne végétal auprès des anciens et elle transmet son savoir dans des sorties botaniques.

Inutile de vous dire que je me régale toujours autant dans cette région qui occupe le 3ème rang national de par sa biodiversité !

Car même si je suis en capacité d’identifier beaucoup de plantes, les méditerranéennes me sont complètement étrangères…

Alors méthodiquement, je note et prends en photo la Badasse, le Redoul ou l’Aphilanthe de Montpellier aux fleurs si sucrées.

Non sans faire aussi quelques petits prélèvements de ci de là pour peupler mon jardin d’agrément 🙂

Et puis comme il pleut régulièrement ces jours, aucun problème d’arrosage une fois les plantations effectuées.

De toutes façons, les plantes méditerranéennes ont le guide de survie dans les gênes, pas de souci pour elles.

Je vois déjà l’énorme vipérine qui, à l’image de ma super tomate de l’année dernière, envahit presque 1/5 de mon jardin !

Excellente mellifère, les abeilles et les bourdons s’y relaient du matin au soir, les papillons vont arriver.

Et oui, mes efforts portent leurs fruits, j’accueille même indifféremment ce qui est arrivé seul et ce qui a été semé par la main de la femme.

D’ailleurs, dans la nature on a aussi l’habitude d’identifier certaines plantes comme échappées des jardins.

Soit qu’elles fussent autrefois cultivées dans les jardins comme la pimprenelle puis retournées à l’état sauvage depuis.

Soit que des graines aient été prélevées dans des espaces cultivés et semées dans la nature par les oiseaux ou le vent.

Mais soudain j’ai vu de la mélitte à feuilles de mélisse couvrant un chemin en bordure de bois.

Et malgré ma grande surprise, j’ai fermé la bouche…

Gabriele avait bien remarqué que je mangeais nombre de plantes rencontrées, alors qu’elle fait plutôt usage de tisanes.

Ses gros yeux m’ont immédiatement interdit de divulguer mes connaissances ici 🙂

Alors je n’ai surtout pas dit qu’on en faisait… une excellente liqueur !

Bien à vous,

Isabelle

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.