Pas bougé d'un cheveux - Crédit photo izart.fr
Pas bougé d'un cheveux - Crédit photo izart.fr

« Pas bougé d’un cheveux »

26/05/2016 Bonjour à toutes et à tous,

Pas bougé d'un cheveux - Crédit photo izart.fr
Pas bougé d’un cheveux – Crédit photo izart.fr

On n’a pas bougé d’un cheveux ni lui ni moi, quand elle s’est approchée de nous, et qu’elle a lâché de son air pincé Y’a un côté plus long que l’autre, non ?

Je crois même qu’on a du suer un litre chacun, tant la panique s’est emparée de nous 🙁

En fait, c’est une coupe asymétrique… a-t-il balbutié péniblement, la gorge nouée.

Ha ha ha ! Sans blague !!! On n’avait pas remarqué ! qu’elle gloussait la grosse poule rousse en se tenant les côtes, et en prenant ses copines à témoin, trop contente de son effet douche froide

Grosse poule rousse, avec des racines d’au moins 1 cm qui s’adressait donc aux autres membres du jury en se la racontant, ben oui, hein, on s’y connaît en coiffure nous hein ?… depuis le temps… et vaudrait mieux hein ? blablabla…

Je les aurai giflées, après tout ce que j’avais déjà enduré, depuis 6:00 du mat où j’avais pris la route pour faire la voiture-balai et nous diriger ensuite tous ensemble au centre d’examen.

Pas un mot dans la voiture, y’avait que la blonde du GPS qui l’ouvrait, M. était en plein décalage horaire car rentré la veille d’Inde, et nous, nous étions en stress maximum.

Arrivée 7:30, pendant que les hommes font la première partie de l’examen, avec B. nous arpentons les couloirs pleins de courants d’air à la recherche d’un éventuel surveillant pour signaler son absence aux cours du matin.

En effet, tous les autres élèves de sa classe sont aussi en examen, elle s’imagine mal en tête à tête avec son prof d’EPS, mais aucune consigne n’a été donnée, et le prof est absent…

Je m’assieds sur les bancs en ciment, glacés, évidemment, en ayant pris soin de bien ramener ma jupette sous les fesses.

Peine perdue, je grelotte en attendant mon tour, ma popeline, mon trench n’est d’aucune efficacité vus les 8° extérieurs qui s’affichaient au petit matin…

Ah ben, oui, il a dit que c’était important que les modèles soient bien présentables vestimentairement, ceci explique cela.

Donc, j’ai adopté un air tout à fait détendu quand il m’a enfilé le peignoir.

Normal, pour quelqu’une qui n’a jamais confié ses cheveux à couper à un débutant, d’être dans la pleine confiance !

Je stresse, il stresse… mais peignes et ciseaux sont moins tremblants au bout de ses doigts que pour la coupe homme, dixit M.

Que faire ? M’enfuir en courant et en criant que je ne veux plus faire la cobaye ???

Il me masse si bien la tête au bac, que j’ai l’impression qu’il va me décoller la calotte crânienne.

Je vais bien tout va bien, d’ailleurs pour être plus naturelle, j’affiche un sourire figé pour indiquer au jury mon extrême satisfaction quant aux soins prodigués.

Voilà que l’examinatrice au toupet sur la tête – n’a pas du avoir le temps de se regarder dans la glace ce matin – tourne dans le coin, le nez au vent.

Ça sent bizarre par ici… une drôle d’odeur… ah, c’est… c’est ça qui sent africain ! s’exclame t-elle le nez retroussé.

En fait, ce sont des produits à base d’huiles essentielles, lui répondis-je, le même sourire figé en coin, et l’envie en plus de la traiter de défoncée des narines à cause des produits chimiques !

Clac, clac, clac, les ciseaux s’activent, oups, le doigt n’est passé pas loin de mon oeil 🙂

Séparer les cheveux en fer à cheval, je révise mentalement en même temps qu’il s’exécute, prendre environ deux centimètres et les tirer au bout de ses doigts… puis couper en piquant et en suivant la ligne…

La frange que je marmonne quand même entre mes dents, on n’a pas le droit de discuter en examen, t’inquiète je m’en occupe après

Ah oui, la frange, c’est pas son truc, mais bon, pas grave, franchement pour tout le reste il est hyper concentré et efficace.

Le jury échange des messes basses, oui quand même, on leur demande de faire les pointes et de rafraîchir, pas de se lancer dans une coupe… 

J’entends tout et ça me glace à nouveau, j’espère qu’il va assurer, elles semblent sceptiques les professionnelles… (A suivre)

Bien à vous,

Isabelle

 

Votre réaction

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.