Une banale histoire de mouchoirs - Crédit photo izart. fr
Une banale histoire de mouchoirs - Crédit photo izart. fr

« Une banale histoire de mouchoirs »

Vous avez aimé :
[Total : 2   Moyenne : 5/5]

08/02/2020 Bonjour à toutes et à tous,

Tout a démarré par une banale histoire de mouchoirs en papier vs mouchoirs en tissu sur un forum de FB.

J’étais loin d’imaginer qu’une histoire de mouchoirs aussi anodine puisse faire couler autant d’encre et susciter autant de passions

Entre les pro-papiers qui brandissent l’hygiénisme comme s’ils vivaient en atmosphère stérile du matin au soir et les adeptes pro-tissu depuis des décennies, y’avait de quoi rire et rétablir !

Car oui d’abord, un lavage en machine à laver à haute température est garant d’une bonne désinfection contre les virus 🤧

Ce n’est pas la peine de rajouter encore de la javel ou tout autre destructeur radical de planète, un bon détergent maison suffit avec du vinaigre blanc au rinçage.

Et si votre machine est raccordée directement à l’eau chaude du cumulus, il faut en connaître la température.

En effet, la légionellose s’installe dans les installations d’eau chaude sanitaire avec une température inférieure ou égale à 55°C.

En dessous de 19 à 20°, la est présente en faible concentration, entre 25 et 45°, elle prolifère dans les eaux stagnantes.

A 50° la croissance de la bactérie est stoppée mais elle survit, enfin, à 55° le temps de destruction est de plusieurs heures.

A 60°, la bactérie est tuée en 32 mn, contre 2 mn à 66°.

Et pour en finir, à 70° elle est détruite en 1 mn.

Pour cela il est recommandé de maintenir la température d’eau chaude sanitaire en tout point du réseau même sur la boucle de retour à une température supérieure à 50°C.

Cette analyse caractérise la lutte anti-légionellose dite par chocs thermiques.

Voilà pourquoi entre autre on préconise de faire bouillir l’eau destinée à la consommation plutôt que de la tirer du cumulus.

Enfin pour ce qu’il en est des mucosités plein les mouchoirs, nous disposons actuellement de machines à laver qui font très bien le boulot à notre place !

Quant à la cette sacro-sainte hygiène, rien ne vaut un mouchoir en tissu lavé et repassé dan sa poche que des tas de bouts de papiers qui traînent de partout.

Ah oui, le repassage, dernière phase pour désinfecter par la chaleur, on oublie souvent son rôle pourtant si efficace.

De plus, vous avez sans doute toutes et tous fait le test du mouchoir en papier oublié dans une veste ou un pantalon qui est passé à la machine… cadeau !

Mon dernier argument en faveur des mouchoirs en tissu, et non des moindres, c’est qu’ils sont réutilisables, recyclables à l’infini et économiques !

Vous trouverez facilement dans une friperie ou une armoire de grand-mère une collection de jolis mouchoirs brodés, en fil, en lin ou en coton d’excellente qualité.

Et votre nez vous dira merci pour la douceur procurée par le tissu en cas de rhume.

Fini les narines irritées par les traitements chimiques utilisés pour rendre le papier des mouchoirs encore plus blancs, encore plus doux, encore plus souples…

Bien à vous,

Isabelle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.