66 année érotique c'est bien connu - Crédit photo izart.fr
66 année érotique c'est bien connu - Crédit photo izart.fr

« 66 année érotique c’est bien connu »

06/06/2017 Bonjour à toutes et à tous,

66 année érotique c'est bien connu - Crédit photo izart.fr
66 année érotique c’est bien connu – Crédit photo izart.fr

A ce moment-là, nous avons commencé à avoir des doutes, E. et moi, ainsi qu’une bonne partie du public, sur les capacités d’animation de la personne déléguée à ce poste.

La brave sexagénaire donc, après nous avoir fait une longue, longue, longue… démonstration de ses talents d’humoriste et d’oratrice hors pair, posa enfin une question à ses invité-e-s.

D’ailleurs, pour une professeuRE en lettre modernes (c’était bien écrit au féminin sur le flyer), s’adresser au public avec un réducteur Bonjour à tous ! ça sonnait déjà bizarre dès le départ, j’en ai relevé d’autres tout du long, passons…

Et de glisser avec un sourire complice, à Arthur H :

« –  Vous êtes donc né en 66… année érotique… 🙂

– Heu non… je ne suis pas né en 69, je suis né en 66 !

– Ah bon… j’ai dit 69 ?

– Non, vous avez bien dit 66 mais…

– Ah bon, c’est bien ce qui me semblait 🙂

– … »

66 année érotique c’est bien connu !

Arthur H. a du prendre conscience d’un coup, comme nous autres, qu’une partie de la subtilité du titre de Gainsbourg échappait à la dame…

Et si lui n’a pas osé rire de sa surprise, dans le public, on ne s’en est pas privé 🙂

Ensuite, poursuivant sur le thème Quand le français s’invente en chansons, l’animatrice demanda au même invité si lui aussi avait baigné dans Averty (Jean-Christophe)…

Il la regarda, fronça les sourcils, et… dommage, dommage… resta courtois et poli avec la dame qui s’égarait !

Ah oui, parce que dans le genre dérapage, j’avais assisté à un excellent sketch en direct dès 2014, même lieu, même endroit 😉

A se demander si ce n’est pas une spécialité des Assises Internationales du Roman !

Enfin moi j’ai pris le parti d’en rire jusqu’au bout, malgré la sinistre liste de chansons sélectionnées par les invité-e-s, Arthur Deryfus, Violaine Schwartz et Arthur H., pour illustrer le débat 🙁

Ben oui, de Où est-il donc ? de Fréhel, puis Trenet, La fille au rasoir de Gainsbourg, Angora de Bashung, Jeu de massacre de Marianne Oswald, Vous vous trompez d’épaule, à Les Fœtus de Jean-Luc Debattice,  j’peux vous dire qu’y avait d’la joie ce soir-là 🙁

Pouvaient pas être plus convaincants nos invité-e-s du soir, en nous exposant que quand le français s’invente en chansons, on est condamné à être nostalgiques, faut baigner plus dans le pathos, le tout sous couvert de gorges tranchées, bipolaritédépression et suicide… 🙂

Reste à leur souhaiter que tout baigne 🙂

Bien à vous,

Isabelle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.