« Alerte au tremblement de terre »

Vous avez aimé :

22/03/2024 Bonjour à toutes et à tous,

Alerte au tremblement de terre - Crédit photo izart.fr
Alerte au tremblement de terre – Crédit photo izart.fr

Quand je vous dis qu’il va toutes me les faire, la dernière en date venait du Japon et c’était une alerte au tremblement de terre, reçue très tôt le matin, en Inde.

Au début, il a annoncé au groupe familial qu’il avait eu de sérieuses inquiétudes quant aux activités nocturnes très bruyantes du voisin d’en dessous, dans le dortoir.

A la suite de cela, il a envoyé un screenshot de son écran de téléphone qui m’a davantage inquiétée.

Surtout lorsqu’il a commenté qu’en fait c’était l’alerte sur son téléphone qui faisait tout très fortement vibrer…

Donc il allait bien apparemment, l’alerte était passée sans qu’il ait eu besoin de se mettre aux abris.

Du coup, je ne sais même pas ce qu’il a ressenti puisque nous avons abrégé la conversation, vu que mon voisin de chambre, lui, ronflait toujours.

Ensuite, j’ai eu une autre surprise de taille, dans la matinée, en reprenant mon vélo que j’avais garé durant une trentaine de minutes, après avoir rangé mes courses dans la caisse de transport.

D’abord, j’ai trouvé bizarre que le haut de mon sac de courses soit tout maculé de terre.

Ensuite j’ai trouvé étrange de trouver mon sac de boîtes à œufs vides, pendu dans le vide, à l’arrière du vélo.

Et pour finir j’ai découvert avec horreur que je piétinais ce qu’il restait de ma botte de roquette, c’est à dire les tiges.

Le tout mélangé à quelques longs beans qui n’avaient pas fini dans la bouche du ou des bovins.

Je présume qu’une personne charitable a chassé la ou les bêtes avant qu’elles ne finissent d’engloutir l’autre botte de roquette et le reste de haricots.

Quant aux concombres et aux patates douces, ces légumes-là étaient suffisamment enfouis au fond du sac lui-même fermé par un nœud, je précise quand-même, pour avoir eu la vie sauve.

Bon, en rentrant ne me restait plus qu’à laver le tout, côté machine et côté évier.

Je vous laisse imaginer que les restes baveux et prémachés je les ai triés et abandonnés sur place, c’était pas vraiment appétissant.

Bref, j’habite en Inde.

Bien à vous,

Isabelle