Barcelone et Gaudi -

« Petite chronique de cure V »

31/10/2011 bonjour à toutes et à tous,

Ça marche !… Ça marche pas 🙁  ça marche !… Ça marche pas 🙁  je craaaaaaaaaaaaaaaaaaque.

Barcelone et Gaudi
Barcelone et Gaudi

En désespoir de cause, j’ai porté tout mon linge au lavage ce matin bien sûr, avant que le paquet n’arrive, car la bonne nouvelle du jour chers ami(e)s, non c’est pas Carlita, elle a déjà accouché -et elle emmène Giulia faire Halloween ce soir d’ailleurs- c’est que mon colis a fini par arriver (d’accord, après que je sois rentrée du lavage).

Huit jours en colissimo , c’est dire la distance que je ressens entre vous et moi, terrible vous dis-je, coupée de tout… sensation que je n’avais plus ressentie depuis mes 20 ans environ lorsque j’étais partie avec des copains à Langogne.

Je situe pour ceux qui ne connaissent  pas : au carrefour de la Lozère, Ardèche et Haute-Loire…

Bref même en rêve vous pouvez pas imaginer : une rivière glacée à franchir en pleine nuit avec les provisions pour 5 jours dans les bras (j’avais lâché les quatre-quarts dans l’eau en trébuchant sur un caillou), pas d’électricité, pas d’eau, pas de chauffage, coucher dans le foin vieux de quelques décennies de la remise et une communauté allemande qui nous offre le spectacle de la castration d’un cheval en plein champ, j’ai cru que nous venions tourner un film gore…

Donc maintenant j’ai beaucoup (trop) de fringues même que je suis obligée d’en retourner à la maison car la valise va péter 🙁

Et puis hier, dimanche, c’était relâche et nous nous sommes échappées à Barcelone, super journée, si si.

Ma déconneuse de copine en a oublié sa grisaille. En fait, je crois que j’ai trouvé son secret (merci L. de m’avoir fait découvrir Secret Story), mais je ne l’ai pas dévoilé parce qu’un secret par définition c’est secret : elle est bipolaire, mais je gère, j’ai déjà passé l’oral et l’écrit avec succès, on peut appeler ça une piqure de rappel :).…et ça ne saurait durer : J-9.

Barcelone disais-je donc, visite en diagonale parce qu’il y a beaucoup de choses à voir et qu’une journée en car ça fait court, mais on a bien rigolé quand même.

Surtout quand la guide espagnole nous a emmenés faire le tour extérieur de la Sagrada Familia, commentaires au pas de course et a stoppé net pour nous faire deviner par où était entré le Pape lors de sa venue ?

Du tac au tac je lui ai répondu : « Par la porte ! » ce qui a eu pour effet immédiat de faire hurler de rire ma co-équipière et tout le monde nous a toisées du regard.

Au fait, gros sujet de polémique : pourquoi cathédrale(1) et pourquoi basilique suite à l’intervention du Pape ? Je vous laisse faire une recherche de culture générale…mais sans intérêt si ce n’est pour épater les autres à un dîner de cons par exemple.

Et puis on a continué en courant dans des ruelles très très très étroites qui sentaient très très très fort, (la mer peut-être ?) avec des belles guirlandes de linge qui séchaient aux fenêtres, pour arriver enfin à un restaurant pas si loin que ça, finalement.

J’en ai conclu que ce devait une sorte de jeu de piste pour touristes, d’ailleurs ça a bien marché, on en a perdu deux et personne ne s’en est rendu compte.

Et puis tout le monde s’est engouffré pour manger une paëlla (paéya ça se prononce) sauf J. et moi car on avait déjà fini notre casse-croute fait maison depuis une heure au moins, et nous avons consommé en terrasse, avec des tapas (2), fallait les gouter quand même.

C’est le serveur qui a eu l’air étonné de nous voir déguster des poivrons et des accras avec du thé et du café.

Après le déjeuner, plus personne n’a osé bouger.

Le chauffeur nous avait bien fait la morale sur ce pays de brigands, attention à vos sacs, à votre porte-monnaie, à vos poches, à vos appareils photos, aux gitanes, aux bandes, aux mendiants ; les grands-mères portaient leur sac à dos sur la poitrine et engueulaient les grands-pères qui marchaient dans les flaques-ils pouvaient pas lever la tête et regarder où poser les sandales- on se courait après en file indienne en suivant le milieu de terrain qui criait droite-gauche pour ne pas perdre l’équipe, et on a même envoyé balader un guide qui faisait semblant de nous prendre pour son groupe, mais on l’a pas cru parce qu’il ne parlait pas français et ses touristes doivent toujours le chercher !

Et moi, en fait, j’ai marché sur des pieds (un peu), j’ai bousculé des gens (beaucoup) et je me suis bien marrée.

Bon allez, je vais pas finir sans parler de Gaudi et de Miro mais Internet le fait presque aussi bien que moi, faut dire qu’il y a les images en plus.

Bizzz d’Isabelle du Boulou(66)

 

PS : on a fait peur ce soir au seul petit garçon qui a osé s’aventurer dans notre repère de sorcières pour demander des bonbons.

Pire en fait, on lui a fait croire que chez nous ça ne se faisait pas Halloween !

Quoi ? On n’allait pas lui refiler des carottes, c’est tout ce qui nous reste dans le frigo.

 

 

(1) J’avais raison pour la définition de la cathédrale, ça l’a énervée 🙂

(2) Les tapas c’était pas moi.

 

 

 

Votre réaction

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.