« Petite chronique de cure XI »

 

Back !
Back !

13/11/2011 Bonjour à toutes et à tous,

« Si vous arrêtez de vous prendre pour un missionnaire vous ne vous ferez plus manger par les cannibales »

Tu as raison A. ça doit être ça…

Ben voilà, à la demande de plusieurs d’entre vous, j’ai repris la plume pour vous écrire que OUI je suis enfin rentrée !

Et bien rentrée après un co-voiturage tout ce qu’il y avait de plus hypocrite avec ma coloc, jusqu’à Perpignan, où j’ai attendu le train, seule durant 2 heures, mes 2 premières heures de soulagement, huuuuuuuuuuum…

La chance était avec moi car il y avait 6 trains au départ de l’après-midi du 08/11 pour cause de grève, dont le mien et sa correspondance, YES.

Je tiens donc à vous rassurer :
• non, les extra-terrestres ne nous ont pas kidnappées,
• non, nous n’avons pas été violées par les rodeurs du camping,
• non, la voiture n’a pas explosé,
• non, je ne l’ai pas empoisonnée,
• non, je ne l’ai pas étranglée,
• non, je ne repartirai pas avec elle
• non, je ne repartirai pas.

Tout court.

Ca m’a juste filé des boutons.

Et les nerfs aussi.

Pas longtemps.

Depuis, j’ai revu certain(es) d’entre vous et ça c’est le meilleur antidote à la connerie.

Mes fils-chéris-qui-me-manquaient ont déjà commencé à m’escagasser malgré toutes mes bonnes résolutions prises en état de manque.

Le lendemain de mon retour, mercredi 09, je filais à Feurs pour 2 jours à l’enterrement de la maman de mon amie d’enfance.

Jeudi, après une séance d’accu dès mon retour de Feurs en début d’après-midi, j’ai rempli les placards, le frigo, la gamelle du chat, de la poule, des cailles et des poissons.

Vendredi 11, je me suis retrouvée par surprise sur la photo avec des pompiers à l’honneur, moi, le sac à l’épaule, le cheveu en bataille et l’air hagard (et fatigué).

Samedi 12 nous avons tous filé rejoindre M. à SaintE puis journée IKEA puis visite à ma – et néanmoins bien aimée A.- estropiée (estropied !) au retour de SaintE.

Aujourd’hui dimanche, j’ai repris le ménage, le lavage, le toilettage en main, fureté sur le Bon Coin pour cause de crise financière mais pas encore réussi à résorber la tonne de courrier, de factures, qui m’attendaient depuis 3 semaines, j’y ai quand même jeté un œil.

J’ai jeté un même œil sur le miracle qui aurait pu se produire durant mon absence : le menuisier n’est pas venu, toujours envahie de cartons faute de placard.

Puis je me suis dit- c’est l’hiver-va falloir sortir des vêtements chauds et puis ranger les autres tout juste sortis de la valise, j’ai bien compté, ça fait 3 manipulations en tout.

Donc la vie reprend normalement, c’est-à-dire que je suis KO et débordée mais heureuse.

Je confirme, les cures c’est :

Fatigant avant.
Fatigant pendant.
Fatigant après.
Ça vous tente toujours ???

PS : le sms adressé à ma coloc dès mon retour est resté sans réponse, je ne saurai jamais si elle est bien arrivée ou…si elle s’est faite enlever.

Bien à vous, donc, et à très bientôt,

Isabelle

cherchez l’intruse :
Un cadeau à gagner « La cure pour les nuls» aux 10 premières réponses justes à la question : parmi ces 3 photos (en PJ), quelle est l’intruse ?

Votre réaction

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.