Home » Blog » Petite chronique « Des machines à tout casser…

Petite chronique « Des machines à tout casser…

« Des machines à tout casser »

22/05/2016 Bonjour à toutes et à tous,

Des machines à tout casser - Crédit photo Imagerie la Sauvegarde

Des machines à tout casser – Crédit photo Imagerie la Sauvegarde

Il est content, il a décroché un petit contrat en CDD à 15 heures par semaine, c’est peu, mais bon, c’est le lot de tous les jeunes sur le marché du travail en ce moment.

Il va patienter, sachant bien que sous peu il veut intégrer les pompiers de Paris, engagement dans l’armée donc.

Bon, petit bémol, à l’entretien, le gradé lui signale qu’il ne peut incorporer l’armée avec la plaque de métal dans sa main droite, posée à la suite d’une ancienne fracture.

Qu’à cela ne tienne, il passe sur le billard, se la fait retirer, et après deux mois de rééducation, reprend le chemin des salles de sport pour retrouver sa condition physique d’avant l’opération.

Son patron transforme alors son CDD en CDI, toujours pour 15 heures hebdo.

Et comme il bosse consciencieusement et efficacement, le voilà maintenant responsable de la formation des nouvelles recrues.

Un poste de manager en quelque sorte, avec une équipe et des stocks à gérer, des gros coups de pression, du stress, mais pas le salaire qui va avec, faut quand même pas rêver…

De 15 heures officielles, le voilà donc à 25 hebdo, bien sûr majorées comme heures complémentaires, car les heures sup, c’est au-delà de 35 heures, et pas rémunérées au même taux.

Une nouvelle date pour se présenter aux Pompiers de Paris ne tarde pas à s’annoncer.

C’est bien, il est dans de très bonnes conditions physiques, un mental d’enfer, et après l’entretien d’usage, il reçoit sa date de tests.

Mon téléphone sonne, impossible de se retrouver comme convenu, un problème dans le métro, évacué aux urgences, sa main…

Je ne comprends pas tout, moi en pleine visite guidée, lui, en état de choc.

Le soir, j’apprends la crise de spasmophilie qui le gagne, le coup de poing pour l’enrayer, la chute, la rame de métro immobilisée et les urgences pour une fracture à la main.

Gaucher plâtré main gauche pendant 45 jours, opération en option.

Accidenté du travail, il ne veut pas s’arrêter, je ne comprends pas, mais son patron lui impose pourtant l’arrêt de rigueur, me voilà plutôt rassurée.

Pourtant, une fois de plus, je viens d’avoir la certitude que le monde du travail formate des machines à tout casser.

Contrat de travail de 15 heures par semaine : 400€/mois

Travail effectif de 25 heures hebdo, inclus compris WE et jours fériés : 900€/mois

Arrêt de travail calculé sur la base de 15 heures hebdo, juste de quoi payer sa note de bouffe du mois.

Et test pompiers foutu, et rééducation à envisager, et opération, et…

Il faut des jeunes français qui aient envie de devenir milliardaires – Emmanuel Macron – 07/01/2015

Ils sont et seront toujours plus nombreux que les milliardaires, et de plus très loin de cet idéal, les jeunes français qui n’ont pas de quoi bouffer…

Actuellement dans la rue.

Et à deux doigts de tout casser.

#OnVautMieuxQueCa #NuitDebout #loitravailnonmerci

Bien à vous,

Isabelle

Isabelle alias Mam's

    « Petites chroniques » sont produites sous Licence Creative Commons : Oeuvres protégées, leur reproduction, copie, modification sont soumises à autorisation du propriétaire.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Petite chronique « Des …

    par Isabelle alias Mam's Temps de lecture : 2 min
    0