Etape finale à Toulon - Crédit photo izart.fr
Etape finale à Toulon - Crédit photo izart.fr

« Etape finale à Toulon »

09/08/2013 Bonjour à toutes et à tous, (Mis à jour le 15/09/2016)

Etape finale à Toulon - Crédit photo izart.fr
Etape finale à Toulon – Crédit photo izart.fr

Etape finale à Toulon, je ne pouvais pas quitter ce lieu, sans vous raconter de belles anecdotes à mon tour.

C’est sur la plage du Mourillon que s’est produite la première rencontre.

Il était aux environs de 22:00, une belle nuit noire caressait les flots dorés par la lune.

Non loin de moi, J. pêchait avec une patience qui est…légendaire.

J’écoutais le clapotis des vagues sur les galets – si si ça m’arrive de rester sans rien faire, on appelle cela rêver.

Lorsque j’ai entendu un fond de mélodie qui devenait de plus en plus net, loin du bourdonnement des établissements de nuit.

Tournant la tête vers cette musique qui m’arrivait maintenant de façon très distincte, j’eus la grande surprise de voir un homme d’un âge, assis sur le dossier d’un banc, face à la mer.

Sur sa guitare il jouait ce thème que j’avais beaucoup aimé, gravé à l’époque sur un des vinyles de mes parents.

C’était simplement délicieux…

Une deuxième rencontre vient aussi éclairer mon séjour d’un instant inoubliable…

Pressée de me rendre à une visite, j’emboîte le pas à J., sans pouvoir m’arrêter pour regarder de plus près ces feuilles de végétaux inconnus qui garnissent un étalage sur le marché.

Ce que je fais à mon retour, et, bonheur, deux dames discutent de la manière de cuisiner ces différents légumes qui n’ont point de secrets pour l’une d’entre elles apparemment.

Etape finale à Toulon - Amarante et chou moutarde - Crédit photo izart.fr
Etape finale à Toulon – Amarante et chou moutarde – Crédit photo izart.fr

Je ne peux m’empêcher de me mêler à la conversation, pour me faire préciser le nom, puis l’utilisation et ensuite  la méthode de cuisson de cette fameuse plante…puis de toutes celles autour ensuite !

C’est ainsi que regardant cette plante de plus près, il me semble reconnaître l’amarante et la dame, surprise par ma conclusion, me confirme ce nom.

Après lui avoir expliqué ma passion pour la botanique, je lui raconte aussi que J., de retour de Thaïlande, a appris là-bas à cuisiner certains plats et en recherche les ingrédients en France.

C’est alors que, le fixant du regard, elle annonce sans hésitation, qu’il a des traits asiatiques, une réincarnation sans doute…

C’est à ce moment qu’elle nous parle de ses origines vietnamiennes, nous laissant à la surprise de ses propos.

A ce sujet, je lui confie que j’ai accepté la lourde (!) responsabilité d’être la Présidente d’une Association de Viet Vo Dao, art martial vietnamien, c’est dire si le Vietnam ne nous est pas inconnu…

Mais lorsqu’elle me demande le nom du fondateur de l’école Long Hô Dao, Maître Hông Son Thach, (1946-2000), élève de Maître Hông Sàc Kim (1915-2004), aussi incroyable que cela paraisse, ce dernier ne lui est pas inconnu.

Elle nous parle alors de son frère, le Maître Pham Xuan Tong, lui-même fondateur d’une école de Kwan Ki Do.

Voilà, en cuisant amarante et chou-moutarde à la vapeur, je n’en revenais toujours pas de cette belle rencontre…

La dernière rencontre dont je voudrais vous parler est celle avec M. qui m’a gentiment tenu compagnie de Toulon à Lyon en covoiturage. 

Alors que les éléments se déchaînent à l’extérieur de la voiture et que nous ne roulons parfois qu’à 80 km/h sur l’autoroute, il flotte plutôt une chaude ambiance à l’intérieur !

Etape finale à Toulon - Du coeur - Crédit photo izart.fr
Etape finale à Toulon – Du coeur – Crédit photo izart.fr

Nous ronronnons de plaisir à échanger nos expériences de partage de savoirs, de permaculture, de récup en tout genre, de transition.

Mais nous rugissons de colère contre toutes les formes de gaspillage, du frigo à l’emballage en passant par les ressources naturelles de la planète, contre la non-considération des minorités, fussent-elles sexuelles, ethniques, sociales…

Et là, je me dis qu’il y a vraiment des gens formidables sur terre, de 7 à 77 ans et plus si affinités !

Allez les jeunes, l’avenir vous appartient, vous êtes formidables de possibles, fournisseurs d’espoir, et porteurs de lumière, on compte avec vous pour vider la poubelle !

En attendant, longue vie à votre île flottante de squatt, pardon, votre Ô château dans le ciel !

Bien à vous,

Isabelle

Votre réaction

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.