« Faut que je vous raconte un truc ! »

Vins de Sicile
Vins de Sicile

15/10/2012 Bonjour à toutes et à tous,

Oui, je fonctionne en mode binaire, c’est à dire que j’ai deux façons de m’exprimer, et tous mes amis peuvent le confirmer, je dis :

soit  « Il m’est arrivé un truc ! »

soit   « Faut que je vous raconte un truc ! »

En l’occurrence, cette fois il m’est arrivé un truc… j’en rigole encore !!!

15:00, j’ai bien bossé ce matin-là, levée de bonne heure, je m’accorde un break, une douche et un casse–croûte, normal 🙂

Dring ! Tiens, j’attends personne…

A la porte deux messieurs que je ne connais pas, costard cravate.

– « Bonjour Madame, on ne vous dérange pas, vous dormiez peut-être ? »  Je dois vraiment avoir la gueule enfarinée damned…

– « Non non, pas du tout… »

– « On a essayé de vous téléphoner mais vous ne répondiez pas… »

– « C’est normal »

– « C’est normal ? Vous avez un téléphone et vous ne répondez pas ? »

– « C’est bien ça en effet. »

– « … Et vos numéros de rue alors, ils sont attribués comment ici ? »

– « Heu…comme ça, c’est aléatoire ! »

– « Ah bon ! c’est aléatoire ? »

– « Tout à fait ! »

Conversation à la con d’emblée, je réponds de même. Je ne peux pas m’en empêcher, c’est plus fort que moi, ambiance de joutes verbales sous mon crâne  😉

– « Nous avons reçu un mail de votre part pour recevoir une bouteille gratuite 🙂 🙂 »

Ah, merde ! Je me suis faite piéger, ils ont toujours des méthodes aussi archaïques pour fourguer leur pinard 🙁

Du moins j’ai économisé un timbre en répondant par mail à la pub trouvée dans ma boîte aux lettres, mais je ne pensais pas que j’allais recevoir 2 balourds…

– « Alors bien sûr, on va vous la donner cette bouteille, mais il faut qu’on vous présente notre gamme 🙂 🙂 »

Ah, merde again.

Pour l’instant je les tiens en respect sur le pas de la porte sans broncher, de toutes façons s’ils bougent je leur fiche la porte dans le nez.

Ils le sentent, on se regarde, je soutiens le regard.

Ils sont embarrassés.

L’un des deux serait prêt à me lâcher la bouteille pour aller fouetter d’autres chats.

Mais le Monsieur-avé-l’attaché-caise, il veut pas lâcher l’affaire…

Tant pis pour lui, on va continuer de jouer.

Je ne dis rien, j’attends la suite, silence pesant, je suis sûre qu’ils commencent à transpirer.

D’énervement devant cette conne.

C’est vrai que je le fais vachement bien si je veux.

Et tout d’un coup tombe la phrase qui tue :

– « …Bon…et votre mari, il rentre à quelle heure ce soir ? »

Mais alors là, j’ai envie d’exploser de rire, oulalalalalala 🙂 🙂 🙂 🙂

Au point ou j’en suis…essaie encore !

– « Et ben… il n’a pas d’horaires pour rentrer 🙂 » C’est vrai en plus quoi ^^

Donc il m’a laissé sa carte. Et ils sont repartis.

Et j’ai pas eu ma bouteille…

Oups, sa carte vient de tomber dans la poubelle…

 

≈ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE ≈

Décret du 12 Octobre  2012

A dater de ce jour, seuls sont autorisés, à consommer de l’alcool et à recevoir les commerciaux des-dits marchands de vin, débiteurs d’alcool pour passer commande, les Hommes-les-Vrais.

Il ne sera accordé aucune dérogation

 

Ami(e)s avec qui je prends plaisir à partager un verre (avec modération), rassurez-moi : mes choix ne sont-ils pas aussi avisés que ceux de mon mari en matière de vins d’ici ou d’ailleurs ???

Je défie quiconque de me prouver le contraire, c’est dit !

Bien à vous,

Isabelle

Message personnel pour A et C : Le Sarracco d’Italie a fini par céder, grâce à l’intervention musclée de R, le lendemain de votre visite, dommage…mais c’est promis je vais investir dans un nouveau tire-bouchstroumpf… heu… je voulais dire schtroumpf-bouchon, tchin !

4 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.