Je ne cesse de m'émerveiller - Crédit photo izart.fr
Je ne cesse de m'émerveiller - Crédit photo izart.fr

“Je ne cesse de m’émerveiller”

17/09/2020 Bonjour à toutes et à tous,

Je ne cesse de m’émerveiller devant tant de synchronicité ici à Auroville, comme je vous en parlais pas plus tard qu’hier.

Un besoin, une envie, un coup de pouce du destin… y’a même pas besoin de demander, juste à en évoquer l’idée et bam, ça arrive !

Vous vous rappelez de la boîte à couture, des aiguilles à tricoter, mais aussi des dossiers en suspend… autant de cadeaux à répétition qui me tombaient du ciel !

Dernièrement c’étaient des bottes, et puis même des crocs, un matin, pour aller jardiner l’après-midi, qui comblaient mes vœux…

Alors que je n’avais rien, soudainement bloquée ici depuis bientôt un an avec le lockdown en prime, j’étais comblée.

Cette situation en elle-même était une sacrée opportunité dans ma vie, finalement, car tout suivait la même logique…

Bref, ce jour-là à la déchetterie je pestais contre le veilleur de nuit qui subtilisait des cactus dans mes plantations pour satisfaire son plaisir personnel.

Mes préparations en vue du prochain Openhouse l’avaient sans doute inspiré et donné l’envie subite d’en confectionner à son tour.

Mais c’était tellement plus facile de se servir dans mes cactus plutôt que de fournir l’effort d’aller les chercher dans la nature, comme moi…

Quant au résultat, comme dirait B. à qui je n’avais pas pu m’empêcher d’envoyer un cliché, je vous laisse imaginer, ça pique les yeux !

Et encore, je vous passe les conseils que ce monsieur me fait passer à propos de l’arrosage des cactus 🙄

Est-ce vraiment encore la peine de faire remonter l’info que, dans une autre vie, j’étais fleuriste

Pour me restaurer, j’avais donc enfourché ma bicyclette jaune comme tous les midis, quand mes yeux, dans un rond-point, se sont posés sur un massif.

Un massif de cactus, of course !

Alors que je commençais à prélever deux trois pousses, je distinguais tout à coup bien autre chose sur le sol de terre rouge.

Un, deux, trois, six, dix… enfin bientôt presque une cinquantaine de bébés cactus qui avaient échoué là par je ne sais quel hasard, toutes racines à l’air !

Et tandis que je me lançais dans une opération de sauvetage improvisée, je voyais tellement Mère qui se marrait de ma suprise !

T’en voulais des cactus ? Tiens en voilà !

Serais curieuse de voir la tête d’un autre demain soir quand tout sera en pot…

Bien à vous,

Isabelle


Vous avez aimé :
[Total : 4   Moyenne : 5/5]


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.