« La lumière de la chandelle ne diminue en rien, bien que plusieurs viennent y allumer leurs flambeaux »Ambroise Paré

Entre la courbe et le figé

13/07/2012 Bonjour à toutes et à tous,

J’ai reçu hier cette phrase et je l’ai trouvée toute à l’image de ma pensée du moment.

Partager les savoirs, partager les idées, partager l’amitié, partager les valeurs, ce sont des actes qui me tiennent très à coeur mais qui finalement sont à contre-courant…

Toutes les pubs sont ciblées pour flatter l’ego, le culte de l’individualisme, la réussite personnelle, moi seul contre les autres, meilleur que les autres, plus beau que les autres…

L’image que l’on nous administre est construite sur l’opposition, la com-paraison, elle en appelle à de vieux clichés archaïques qui subsistent encore en nous. Ne serait-il pas temps de tourner la page et de nous rendre compte que nous pouvons vivre différemment, ensemble et non pas contre les uns et les autres ?

Y aura t-il assez de gens conscients pour penser ensemble à construire et non pas à détruire?

N’est-il pas temps de lâcher ces vieux réflexes reptiliens de nous méfier des autres, de nous protéger des autres pour survivre ?

Je serai presque tentée ce matin de dire qu’oser vivre à contre-courant de ces clichés imposés, c’est un acte de résistance face à la dictature de cette pensée glauque qui nous est constamment resservie, celle de l’insécurité, celle de la violence, celle du marasme, celle de la crise, de la dette…

Si chacun d’entre nous était capable et désireux de fabriquer, de transmettre, de vivre dans une pensée positive, je suis intimement convaincue que le cours des choses serait immanquablement modifié.

Je crois  qu’il nous faut plus que jamais partager la lumière de la chandelle.

Bien à vous,

Isabelle

Votre réaction

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.