« La peinture, j’adore ! »

01/04/2014 Bonjour à toutes et à tous,

Peinture
Peinture

Les grands travaux de printemps commencent, déjà les tondeuses s’affolent sur les pelouses voisines, vous savez ce que j’en pense…

Et les barbecues fleurissent sur les terrasses, vive les sardines grillées au grand air !

En parlant de terrasses, hier, j’ai sorti les canisses pour les poser sur la tonnelle, et comme c’est souvent le cas, ils n’ont pas été posés immédiatement.

Evidemment faut trouver des bras pour les hisser et les fixer une fois posés.

En même temps, ce matin de bonne heure, sonnait à ma porte l’ouvrier qui est chargé de faire les travaux de peinture extérieure, sur les toits, les volets, les portes.

Cela fait une semaine qu’ils ont démarré dans le lotissement, à deux sur le chantier, et maison par maison, ils poursuivent leur boulot qui est tablé sur un mois.

Hier donc, j’étais prévenue que ce matin commenceraient les travaux de ma maison, et nous avons fait le tour des extérieurs, avec le peintre, pour essayer de voir comment passer en hauteur, sans accès dans le jardin pour poser l’engin élévateur…

Ça me paraissait plutôt improbable, mais il m’a assuré qu’il y avait moyen de passer par chez le voisin.

Ma foi, c’est lui qui gère après tout, j’ai bien fait état de mes arbres, de mes plantes, bref tout le peuple du jardin !

Pour la terrasse idem, il m’a dit qu’il allait la bâcher et que ce serait du travail propre.

C’était plutôt bien de prendre des précautions comme ça, elles ne sont pas toujours aussi top les entreprises 🙁

Donc ce matin, c’est par le côté cour qu’il a démarré la peinture, volets du haut, volets du bas et bandeaux du toit.

En milieu de matinée, suite des travaux côté jardin donc.

Mais nous n’avions pas encore posé les canisses et ils encombraient plutôt la terrasse au moment des travaux.

Lorsque je l’ai vu installer sa nacelle et rentrer les pots de peinture à proximité de la terrasse, j’ai trouvé l’espace un peu exiguë, et j’ai voulu lui donner de la marge pour manœuvrer en déplaçant mes deux rouleaux de canisses qui n’avaient pas bougé d’un poil depuis la veille.

Hélas, personne n’était venu les poser dans la nuit !

Au même moment où j’ai entendu crier, j’ai réalisé qu’en déplaçant mes encombrants rouleaux enserrés dans mes petits bras, j’avais mis un grand coup dans tous les pots de peintures sagement alignés en bord de terrasse 🙁 🙁 🙁 🙁

L’horreur !!!

La peinture qui s’étale sur les lames de la terrasse, lui qui essaie de stopper l’hémorragie en redressant les pots, moi qui court après tous les chiffons de la maison pour pomper la nappe qui glisse maintenant dessous la terrasse…

Je crois que j’en aurai pleuré.

A l’heure où je vous parle, j’ai sous les yeux une terrasse façon camouflage.

Sauf que j’ai eu moins de chance que les voisins.

La lasure de leur toit est couleur bois.

La mienne est blanche

Bien à vous,

Isabelle

Votre réaction

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.