La terre est un jardin où poussent de belles âmes - Crédit photo izart.fr
La terre est un jardin où poussent de belles âmes - Crédit photo izart.fr
Vous avez aimé :
[Total : 4    Moyenne : 5/5]

« La terre est un jardin où poussent de belles âmes »

20/03/2019 Bonjour à toutes et à tous,

A la guesthouse de Jaipur, Fifi Tong a bientôt été rejointe par Elaine Harvey, écrivaine canadienne rencontrée plus tôt à Delhi.

Quel plaisir de bavarder ainsi, ne serait-ce qu’une paire d’heures !

Dans le livre Encounters on the front line – Cambodia A Memoir, l’infirmière partie au Cambodge en 1981, raconte son expérience.

A la frontière cambodgienne déchirée par la guerre, elle effectue une mission de 6 mois puis repart ensuite dans le désert de Djibouti.

Toutes ces échanges riches de nos différents ressentis et expériences de femmes en voyage sont l’occasion de formidables partages.

Pour l’anecdote, ce jour-là, au pied des collines d’Aravali, nous avons aussi partagé… du chocolat Lindt noir à 70% 😉

C’était le premier depuis bien des lustres pour moi, quel plaisir !

La terre est un jardin où poussent de belles âmes au gré des vents qui les y sèment.

Des graines, j’en ai offert justement à Y. qui séjournait aussi à la guesthouse.

En outre celles d’hibiscus, pour préparer le bissap, issues de mon panier d’AMAP… malaisien 😉

Il séjournait ici pour pratiquer la musique et veillait particulièrement sur le potager de la guesthouse.

Les notes entendues quelques heures plus tôt dans la matinée s’échappaient donc de son accordéon 😉

La scène champêtre ne saurait être complète sans y ajouter Flora Devi, danseuse et conteuse indienne.

D’origine tamoule par son père, née en Inde et ayant vécu en Angleterre, elle est établie en France à présent.

Venue ici suivre les enseignements d’une professeure de danse, elle se perfectionnait en hindi parallèlement, vaste programme !

Mais toutes ces rencontres n’étaient pas le fruit du hasard, car le lieu lui-même était plein des belles énergies qu’il dégageait.

La guesthouse de Hameed Khan Kawa, joueur de tabla, vibre toujours au milieu de ses bougainvilliers blancs baignés de soleil.

Bien à vous,

Isabelle

Votre réaction

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.