Ouvrière à la scierie dès ses 16 ans - Crédit photo izart.fr
Ouvrière à la scierie dès ses 16 ans - Crédit photo izart.fr
Vous avez aimé :
[Total : 1    Moyenne : 5/5]

« Ouvrière à la scierie dès ses 16 ans »

12/11/2017 Bonjour à toutes et à tous,

Vous voyez, c’est là que je travaillais ! s’exclame M. alors que nous longeons un immense bâtiment délabré, à l’allure sinistre.

Ouvrière à la scierie dès ses 16 ans, c’est aussi là qu’elle y a perdu la santé…

« – Mais que faisiez-vous donc comme travail à la scierie ? C’est du travail de force là-dedans, pas vraiment adapté aux femmes ?
– Je portais toute la journée des madriers de plusieurs mètres de long, deux par deux, sur mes épaules de jeune fille, comme les hommes.
– …
– Y’avait besoin d’argent à la maison, alors on est allé travailler à la scierie tous les deux avec mon frère, il avait 5 ans de plus que moi. »

Elle est tombée malade, et ensuite, épuisée, n’a pas pu retourner travailler pendant toute une année.

Faut dire qu’une fois sa journée terminée à la scierie, en sortant, elle allait aussitôt servir à l’Hôtel-Bar-Restaurant de la Place.

Pour les soirées de lotos, foot et rugby… tout était bon pour arrondir les fins de mois.

Comme nous attaquions la grimpette du talus pour passer à l’étage supérieur, M. est rentrée de son côté.

Bien contente de la promenade et de la compagnie 😉

Nous avons suivi la voie de chemin de fer désertée en cette saison, sur une centaine de mètres.

Le lieu offre un joli point de vue sur les terrasses des maisons, côté montagne.

Ah ben oui, côté route, c’est moins réjouissant car beaucoup plus circulant…

Ça m’a rappelé en outre un autre épisode sicilien de fin d’automne.

Là où les maisons accolées les unes aux autres, se cramponnaient aux flancs de la montagne dorée de soleil.

Comme l’odeur du feu de bois qui se répandait dans l’air ces derniers jours, en avait ravivé un autre souvenir.

Tout aussi délicieux mais certes bien plus ancien.

C’était toujours à cette époque, autour de la Toussaint, que nous passions quelques jours dans la ferme jurassienne de ma grand-mère.

Retrouver ainsi les odeurs rassurantes de la grosse cuisinière à bois où mijotait une marmite de soupe…

Bien à vous,

Isabelle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.