Appelez la police ! - Crédit photo izart.fr
Appelez la police ! - Crédit photo izart.fr

“Appelez la police !”

10/07/2021 Bonjour à toutes et à tous,

Appelez la police !… c’est ce qu’il entendit distinctement après avoir tendu l’oreille plus attentivement.

Au début, il ne savait pas si c’étaient des gémissements ou d’autres cris, il n’arrivait pas à bien distinguer.

Mais cette fois-ci, la plainte formulée en français était claire !

Parti à la base pour se ravitailler, il se rendit en mode tranquille près du lieu d’où venait l’appel.

On ne sait jamais ; quand on voyage à l’étranger et à cause de sa profession, mieux vaut ne pas chercher d’ennuis.

Comme il m’expliquait, il lui arriverait le moindre pépin, le fait serait immédiatement remonté aux autorités françaises dans les 24 heures.

C’est alors qu’il découvrit une jeune femme en pleurs, près d’un homme, sans doute un croate, qui lui aussi s’était approché, intrigué par la situation.

Elle eut juste le temps de filmer la plaque d’une voiture qui disparut aussitôt.

Mais elle ne pleurait pas seulement d’avoir raté le bus pour sa prochaine destination.

Et ce, à cause du retard de son BlaBlaCar attendu une heure trente en plein soleil…

Celui-là même qui venait de repartir, après s’être comporté avec elle de façon très agressive et inquiétante tout au long du covoiturage.

Le pire arriva lorsqu’en la déposant à la gare routière il se saisit de son téléphone, le jeta par la fenêtre de la voiture, jeta sa valise… et lui colla une claque !

En état de choc, elle était incapable de réagir et était secouée de sanglots.

B. tout l’aidant à se relever lui proposa alors d’aller s’asseoir à la terrasse d’une boulangerie, et lui demanda ce qu’elle désirait boire.

Sa réponse fut immédiate une bière ! ce qui ne manqua pas, et de les faire rire, et de faire retomber la pression !

Mais comme il s’en doutait, à part des sodas et des bouteilles d’eau, pas de mousse en vue, ce fut donc ce dernier choix pour tout le monde.

Elle raconta alors que, venue de France, elle voyageait dans les Balkans, tout comme lui en mode solo.

Ils se quittèrent peu de temps après, car il était tard, les magasins allaient fermer.

Peut-être se rendit-elle à la police comme prévu, après avoir joint sa famille au téléphone et trouvé un hébergement pour la nuit.

En tous cas, juste avant de se quitter, elle lui demanda… si elle pouvait garder la bouteille d’eau, trop mignonne !

Bien à vous,

Isabelle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.