Et si on ne gardait que les lettres d'amour - Crédit photo izart.fr
Et si on ne gardait que les lettres d'amour - Crédit photo izart.fr

« Et si on ne gardait que les lettres d’amour »

12/06/2017 Bonjour à toutes et à tous,

Et si on ne gardait que les lettres d'amour - Crédit photo izart.fr
Et si on ne gardait que les lettres d’amour – Crédit photo izart.fr

Cette idée de correspondance écrite et vouée à disparaître me taraude, vous avez du le comprendre…

De toutes façons, je suis sûre que ça va faire comme pour les vinyles.

Tout beau tout neuf, on a crié victoire avec l’arrivée des CD qui devaient soi-disant révolutionner le monde du disque… et remisé nos bonnes vieilles galettes noires, pfff !!!

Tu parles, moins de 20 ans après, les vinyles sont devenus des collectors et nombre d’artistes sortent des albums sous cette forme.

Preuve que cet engouement n’est pas pure fantaisie, non seulement les jeunes n’achètent plus aucun CD, mais le seul rare support audio en matière de musique qu’ils achètent et vénèrent quasiment, c’est le vinyle

J’en avais offert un, après le concert de Chilly Gonzales que nous avions vu ensemble, à l’un de mes kids.

Ce dernier s’en est ensuite offert un de Ludovico Enaudi dans les mêmes circonstances !

Bon, alors voilà, de la même façon, je préconise que le courrier papier ne soit plus que dédié à la correspondance présentant une valeur familiale et/ou sentimentale.

Et si on ne gardait que les lettres d’amour pour échanger des lettres, par exemple ?

Le reste, facture, rendez-vous, compte-rendus, comptabilité, publicité, documents administratifs… serait traité et archivé en mode informatique.

Perdus ou pas, quelle importance d’encombrer notre espace matériel avec des documents du genre ?

Comme me disait M. à qui je donnais à relire avec bonheur ses petits mots de colo mais nous, on n’aura plus rien de tout ça 🙁

Et puis, pendant qu’on parle d’espace matériel, on pourrait aussi tourner la page avec certaines commémorations qui commencent à devenir PESANTES, et les dématérialiser de même.

Je devais avoir une douzaine d’années quand mes parents m’ont traînée à travers les ruines calcinées du village d’Oradour sur Glane

L’horreur visuelle et l’énergie négative des lieux m’ont poursuivie durant des décennies.

Je ne veux rien de tout cela pour les générations futures, un support numérique pourra tout aussi bien faire l’affaire, pour peu que l’événement les intéressât.

Qu’on ne promène plus des enfants sur ces lieux de souffrance, ces champs de bataille, le devoir de mémoire n’est pas de rouvrir les plaies ou de raviver les blessures…

Oui, nombre de parents actuels ont été traumatisés par la guerre durant leur enfance, mais ce n’est pas de cet héritage que des enfants ont besoin pour se nourrir.

Qu’ils soient amenés à découvrir autour d’eux et cultiver sans modération, la beauté et la bonté, la joie de vivre, la générosité, le partage, la confiance en eux comme les autres.

Sortez vos lettres de fiancé-e-s, vos chants d’amour, vos bonheurs de tout jeunes parents, vos premières vacances !

Et mettez-les au grand jour et au soleil, dans autant d’albums à savourer en famille 🙂

Bien à vous,

Isabelle

Votre réaction

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.