Je me souviens de cette petite main - Crédit photo izart.fr
Je me souviens de cette petite main - Crédit photo izart.fr

“Je me souviens de cette petite main”

18/01/2020 Bonjour à toutes et à tous,

Je me souviens de cette petite main, alors que nous agitions les nôtres d’un côté, tirant nos valises de l’autre.

Je me souviens de cette petite main qui serrait la pâquerette que je venais de cueillir et de lui offrir.

Tu nous regardes partir, sans émotion apparente, tout juste étonné par cette nouvelle mise en scène.

Depuis quelques jours, effectivement, le rituel a été de nous retrouver dans ta maison, une fois la sieste finie.

Alors que je me retournais une première fois, j’ai soudain vu cette petite pâquerette sous ta fenêtre, comme un signe d’adieu.

Lorsque je te l’ai offerte, tu l’as prise délicatement entre tes petits doigts et tu paraissais heureux de ce cadeau arrivé de nulle part.

Tu vois, maintenant pour moi, cette petite fleur c’est tout le symbole de notre deuxième rencontre.

Toutes les fois que je l’apercevrai, je penserai très fort à toi.

Bellis perennis, de son nom botanique, belle et pérenne.

Elle est très connue dans le registre des plantes médicinales comme étant un excellent hémostatique naturel.

C’est à dire qu’elle cicatrise les blessures.

Le message ne pouvait être plus clair pour moi à qui la nature, une fois de plus, apportait une réponse.

Souviens-toi aussi longtemps que moi de cette petite fleur qui s’est trouvée là sur nos chemins.

C’est notre histoire à nous, sans parole, mais pas sans expression.

Oui, c’est ça, une petite histoire de rien du tout, comme une petite fleur de rien du tout.

D’ailleurs, ce n’est sans doute pas un hasard que les petits enfants cueillent toujours spontanément des pâquerettes.

Parce qu’eux seuls savent les voir, finalement.

De plus, les pâquerettes en fleur, c’est toujours l’heureuse annonce de l’arrivée du printemps.

Par bribes, me reviennent ainsi des souvenirs que j’ai laissés en France.

C’est vrai qu’en Inde il fait éternellement beau et chaud, même que les hirondelles tournoient dans le ciel bleu de Décembre.

Dis, viendras-tu me rendre visite pour que je te fasse découvrir les fleurs et les papillons et les oiseaux de là-bas ?

Bien à vous,

Isabelle


Vous avez aimé :
[Total : 1   Moyenne : 5/5]


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.