J'en connais un rayon - Crédit photo izart.fr
J'en connais un rayon - Crédit photo izart.fr

« J’en connais un rayon »

Vous avez aimé :
[Total : 2    Moyenne : 5/5]

08/11/2019 Bonjour à toutes et à tous,

Depuis mon arrivée en Inde, en matière de cycle, j’en connais un rayon !

Donc après l’épisode du scooter et celui du vélo en amazone, voilà que J. a voulu tester le scoot électrique pour un WE.

Histoire de se rendre plus vite en ville par exemple, car la vitesse est quand même supérieure à celle du vélo électrique.

Le samedi soir, il part donc tranquille à Pondy pour y retrouver des amis, l’autonomie du scoot étant annoncée pour 40 à 50 km.

Mais à une heure du mat je reçois un appel… impossible de rentrer, plus de batterie, je dors sur place.

Bon c’est vrai qu’il a fait fureur ce petit scoot nouvelle génération, un look d’enfer et de merveilleuses suspensions.

Celles et ceux qui connaissent les chemins de brousse en Inde apprécieront…

Le plan du jour, une fois avalé un solide brunch en terrasse, c’est d’enfin passer la journée à la mer.

Alors que la batterie du scoot a chargé toute la nuit, elle est déjà bien entamée au retour du café…

Mais qu’à cela ne tienne, nous avons toujours nos vélos.

Alors là les ami·e·s, je ne vous raconte pas le plaisir que je prends dans les chemins de terre, à la fraîche sous les palmiers et les banians 🙂

25 minutes plus tard, nous arrivons à la mer.

C’est vrai que de ce côté-ci la Baie du Bengale est nettement plus propre accueillante qu’à Pondy !

Mais il nous a fallu pousser nos vélos dans le sable sur une bonne distance, et ça c’est pas cool 🙁

Heureusement, j’ai découvert, par hasard et juste avant, que mon vélo est équipé d’un accélérateur sur la poignée droite 🙂

Plus besoin d’appuyer de toutes mes forces sur la pédale pour démarrer le vélo, hop un petit coup de poignet et c’est parti !

Vraiment un vélo de feignasse ! s’amuse à lancer J. pour me narguer, mais je sais bien que c’est pure jalousie…

Sauf que sur le chemin du retour, il s’arrête car visiblement y’a un problème… je crois bien que j’ai crevé 🙁

Effectivement, quelques tours de pédales plus tard, la roue arrière est complètement à plat et nous sommes encore loin de la maison…

Alors, à votre avis, comment rentrer le plus rapidement possible avec un à pied et l’autre à vélo ?

Ben on a tout essayé : moi sur mon vélo et lui sur le porte-bagage guidant son vélo, mais impossible d’avancer…

Ensuite lui au guidon de mon vélo et moi sur le porte-bagage en amazone, guidant son vélo, mais impossible de tenir…

Et là, J’AI enfin trouvé l’astuce 😉

J. conduisant mon vélo et tenant le sien parallèlement de la main gauche, j’ai fait la fin du trajet tranquille, en amazone 🙂

Je vous dis pas comme une fois de plus on s’est bien marré… avec toutes ces histoires de vélo 😉

Et en fin de compte, heureusement que nous sommes resté·e·s sur l’idée de louer nos vélos.

Même si pour un semestre cela revient presque aussi cher qu’acheter un vélo neuf en Inde.

Entre les réparations, les révisions, la maintenance, tout cela mis bout à bout, ça fait quand même grimper la note.

C’est vrai que lorsque je suis passée régler l’addition, l’employé a cru que j’avais acheté le vélo !

Mais deux vélos électriques loués pour six mois… effectivement, ça chiffre vite 🙂

Peu après, je suis repartie avec un vélo flambant neuf, entièrement débarrassé du tas de boue accumulé ces derniers jours.

Pendant ce décapage, forte de mon expérience j’ai pu, tout sourire, aider une jeune femme à prendre en main son vélo pour la première fois 😉

On aurait dit moi, la même gourde il y a peu… mais suis fière, tiens, et pas qu’un peu !

Bien à vous,

Isabelle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.